SOURATE GHAFIR

40. Sourate du Pardonneur (Ghâfir)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ - Mîm. [2] La révélation du Coran est l’œuvre de Dieu, le Tout-
Puissant, l’Omniscient, [3] qui pardonne les péchés, agrée le repentir,
réprime avec sévérité et dont la générosité n’a point de limite. Il n’y a
d’autre divinité que Lui et c’est vers Lui que se fera tout retour.
[4] Il n’y a donc que les négateurs qui soulèvent des disputes au sujet des
versets de Dieu. Mais que leur agitation dans le pays ne t’abuse point,
[5] car, avant eux, le peuple de Noé ainsi que d’autres factions venues
après lui avaient crié au mensonge. Chacune de ces communautés avait
conçu le dessein de supprimer son prophète et avait usé de faux arguments
pour étouffer la Vérité ; mais J’ai sévi contre eux, et combien a été sévère
à leur égard Mon châtiment ! [6] C’est ainsi que s’accomplit l’arrêt de ton
Seigneur, condamnant les impies à être les hôtes de l’Enfer, [7] pendant
que les anges qui portent le Trône et ceux qui l’entourent exaltent les
louanges de leur Seigneur, proclament leur foi en Lui et implorent Son
pardon en faveur de tous les croyants : « Seigneur, disent-ils, Toi dont la
miséricorde et la science embrassent toute chose, pardonne à ceux qui se
repentent et se remettent sur Ta Voie ! Préserve-les du supplice de
l’Enfer !
[8] Seigneur, accueille-les dans les jardins d’Éden que Tu leur as promis,
eux et les vertueux parmi leurs ascendants, leurs épouses et leurs
descendants ! Tu es le Puissant, le Sage. [9] Ne les laisse pas succomber
au mal, car celui qui, par un effet de Ta grâce, aura été prémuni ce jour-là
contre le mal sera appelé à jouir d’un immense bonheur ! »
[10] Et une voix interpellera les impies : « L’aversion de Dieu envers vous
est plus grande que votre aversion envers vous-mêmes lorsque, invités à
croire, vous persistiez dans votre négation. » [11] – « Seigneur, diront-ils,
par deux fois Tu nous as fait mourir et par deux fois Tu nous as rappelés à
la vie. Nous confessons nos péchés. N’y aurait-il pas moyen de nous faire
sortir de ce lieu ? » [12] – « Vous n’avez, leur sera-t-il dit, que le sort que
vous méritez. Car, lorsque l’unicité de Dieu était affirmée, vous refusiez
d’y croire ; et lorsqu’on Lui donnait des associés, vous les admettiez. Il ne
peut y avoir d’autre jugement que celui de Dieu, le Sublime, l’Auguste. »
[13] C’est Lui qui vous montre Ses signes et vous envoie votre
subsistance du ciel. Seul s’en rappelle celui qui revient repentant à Lui.
[14] Priez donc Dieu en Lui vouant un culte exclusif, dussent en souffrir
les infidèles ! [15] Dieu aux degrés célestes et au Trône sublime insuffle
l’Esprit relevant de Son ordre sur qui Il veut parmi Ses serviteurs, afin que
celui-ci avertisse les hommes du Jour de la Rencontre, [16] du jour où les
ressuscités comparaîtront sans qu’aucune de leurs actions puisse échapper
à la connaissance du Seigneur, car à qui appartiendra, ce jour-là, la
Puissance suprême, si ce n’est à Dieu, l’Unique, le Dominateur ?
[17] C’est le jour où chacun sera rétribué selon les œuvres qu’il aura
accomplies, sans qu’aucune injustice ne puisse être commise, car Dieu est
prompt dans Ses comptes. [18] Avertis-les de l’échéance fatale du jour où
les cœurs, terrifiés par l’angoisse, remonteront jusqu’à la gorge, et où les
injustes ne trouveront plus ni ami intime ni intercesseur efficace.
[19] Dieu décèle la perfidie des regards et dévoile le secret des cœurs.
[20] Dieu juge en toute équité, alors que ceux que les impies invoquent en
dehors de Lui ne peuvent rien décider. Dieu est Celui qui entend tout et
voit tout.
[21] Que ne parcourent-ils la Terre, pour voir ce qu’il est advenu de ceux
qui ont vécu avant eux ? Ils étaient pourtant plus forts qu’eux et avaient
laissé sur Terre bien plus de vestiges. Dieu les a châtiés pour leurs péchés
et nul n’a pu les sauver de Ses rigueurs. [22] Il en fut ainsi parce que,
chaque fois que leurs prophètes leur apportaient des preuves évidentes, ils
les récusaient. Aussi Dieu les a-t-Il punis, car Il est Puissant et Redoutable
quand Il sévit.
[23] Nous avons envoyé Moïse, porteur de Nos signes et nanti d’une
autorité certaine, [24] à Pharaon, Hâmân et Coré. Mais ils le traitèrent de
charlatan et d’imposteur ; [25] et lorsqu’il leur apporta la Vérité de Notre
part, ils s’écrièrent : « Tuez les enfants mâles des partisans de Moïse et
n’épargnez que leurs filles ! » Mais les manœuvres des impies restèrent
comme toujours sans lendemain.
[26] « Laissez-moi tuer Moïse, s’écria Pharaon, et qu’il en appelle alors à
Son Seigneur ! Je crains qu’il n’altère votre religion ou qu’il ne sème la
corruption sur la Terre. » [27] – « Je cherche refuge, dit alors Moïse,
auprès de Celui qui est mon Seigneur et le vôtre pour me protéger des
méfaits de tout orgueilleux qui ne croit pas à la vie future. »
[28] Et à ce moment-là, un croyant de la suite de Pharaon, qui dissimulait
sa foi, dit : « Tuerez-vous un homme pour la seule raison qu’il affirme :
“Dieu est mon Maître !”, alors qu’il vous apporte des preuves évidentes de
la part de votre Seigneur ? S’il ment, son mensonge retombera sur lui seul.
Mais s’il dit la vérité, une partie de ses menaces s’abattra sur vous à coup
sûr, car Dieu ne dirige ni les pervers ni les menteurs. » [29] « Ô mon
peuple, ajouta-t-il, aujourd’hui vous détenez le pouvoir, et le pays entier
vous est soumis. Mais qui nous défendra si jamais Dieu décide de nous
punir ? » – « Ce que je vous propose, reprit Pharaon, est le meilleur parti à
prendre, à mon avis ; et la solution que je vous indique est sûrement la
bonne. » [30] – « Ô mon peuple, reprit le croyant, je crains pour vous un
jour pareil à celui des peuples coalisés ; [31] un sort tel qu’avaient subi les
peuples de Noé, des Âd, de Thamûd et de ceux qui leur avaient succédé.
Dieu n’aime pas sévir injustement contre les hommes. [32] Ô mon
peuple ! J’appréhende pour vous le Jour de l’Appel mutuel, [33] le jour où
vous battrez en retraite et où, dans votre fuite éperdue, vous n’aurez contre
Dieu nul défenseur, car celui que Dieu égare ne saurait trouver d’autre
guide.
[34] Joseph était déjà venu parmi vous avec des preuves irréfutables, mais
vous n’avez cessé de les contester jusqu’au jour de sa mort. Après quoi,
vous dites : “Jamais Dieu n’enverra de prophète après lui.”« C’est ainsi
que Dieu égare les outranciers et les sceptiques [35] qui, discutant sans
preuve des versets de Dieu, s’attirent Sa colère et celle des croyants. Et
c’est ainsi que Dieu endurcit le cœur de tout tyran orgueilleux.
[36] « Hâmân, dit Pharaon, construis-moi une tour. Peut-être atteindrai-je
ainsi les voies [37] des sphères célestes, de façon à voir le Dieu de Moïse,
car je soupçonne celui-ci d’être un menteur ! » C’est ainsi que Pharaon,
s’illusionnant sur la justesse de ses décisions, fut détourné du droit chemin
et ses manœuvres furent vouées à l’échec.
[38] Le croyant reprit ses exhortations : « Ô mon peuple ! Suivez-moi, je
vous indiquerai la Voie du salut ! [39] Ô mon peuple ! La vie de ce monde
n’est que jouissance éphémère. Seule la vie future constitue la demeure
éternelle. [40] Celui qui commet une mauvaise action ne sera sanctionné
que d’une peine équivalente. Mais ceux, hommes ou femmes, qui font le
bien en étant croyants auront accès au Paradis où tous leurs désirs seront
généreusement comblés.
[41] Ô mon peuple ! Qu’ai-je donc à vous convier à assurer votre salut,
alors que vous tenez à m’entraîner vers l’Enfer ? [42] Vous m’incitez à
renier Dieu et à Lui associer d’obscures divinités dont je n’ai aucune
connaissance, alors que moi, je veux vous conduire vers le Tout-Puissant,
l’Indulgent par excellence. [43] Nul doute que les divinités que vous
m’invitez à adorer ne détiennent aucun pouvoir ni dans ce monde ni dans
l’autre, que c’est vers Dieu que se fera notre retour et que les outranciers
seront les hôtes de l’Enfer. [44] Vous vous souviendrez certainement un
jour de mes paroles. Quant à moi, je remets mon sort à Dieu, car Dieu a
une parfaite connaissance de Ses créatures. »
[45] Dieu préserva ce croyant des embûches que les impies lui tendaient,
et c’est sur les partisans de Pharaon que s’abattit le châtiment le plus dur,
[46] car ils seront exposés au Feu matin et soir ; et le Jour de la
Résurrection, il sera ordonné : « Introduisez Pharaon et les siens au fin
fond de la Géhenne ! »
[47] Et au cours de leurs disputes en Enfer, les faibles diront aux superbes
de naguère : « Nous vous avons suivis aveuglément sur Terre. Pourriez-
vous à présent atténuer tant soit peu le supplice que nous endurons en
Enfer ? » [48] Et les superbes de dire : « Voilà à présent que notre sort est
le même, car Dieu a déjà rendu Son verdict entre les hommes. »
[49] S’adressant aux gardiens de l’Enfer, les réprouvés leur demanderont :
« Priez votre Seigneur d’alléger, ne serait-ce que d’un jour, notre
souffrance ! »
[50] Et les gardiens de leur répondre : « Vos prophètes ne venaient-ils pas
vous avertir avec des preuves évidentes ? » – « Si », avoueront les
damnés. « Alors, priez ! », rétorqueront les gardiens. Mais, hélas ! Les
prières des damnés ne sont jamais exaucées.
[51] Certes, Nous prêterons assistance à Nos prophètes et à ceux qui
auront cru, aussi bien durant leur vie en ce monde qu’au jour où se
lèveront les témoins ; [52] au jour où les excuses présentées par les
injustes ne leur seront d’aucune utilité, et où la malédiction et la pire des
demeures leur seront destinées.
[53] Nous avons indiqué à Moïse la voie à suivre, et légué en héritage le
Livre aux enfants d’Israël, [54] pour servir de guide et d’avertissement
aux hommes doués d’intelligence.
[55] Sois patient ! La promesse de Dieu s’accomplira sans conteste.
Implore donc la rémission de tes péchés et célèbre les louanges de ton
Seigneur, matin et soir !
[56] En vérité, ceux qui, sans aucune preuve, discutent des versets de Dieu
n’agissent que par une ambition qu’ils ne pourront jamais satisfaire.
Implore donc la protection de Dieu, car Il entend tout et voit tout !
[57] La création des hommes est bien peu de chose comparée à celle des
Cieux et de la Terre, mais la plupart des hommes ne s’en doutent guère.
[58] L’aveugle et celui qui voit ne sont pas comparables, pas plus qu’on
ne saurait comparer les croyants qui font le bien aux injustes portés au
mal, mais bien peu de gens y réfléchissent.
[59] En vérité, la fin du monde est un fait incontestable, et cependant la
plupart des hommes n’y croient point. [60] Votre Seigneur a dit :
« Implorez-Moi, Je vous exaucerai ! Mais ceux qui, par orgueil, refusent
de M’adorer entreront tête basse en Enfer. »
[61] C’est Dieu qui a conçu la nuit pour votre repos et le jour pour que
vous y voyiez clair. Dieu est si Généreux envers les hommes, mais bien
peu d’entre eux Lui en témoignent de la reconnaissance.
[62] Tel est votre Dieu, votre Seigneur, le Créateur de l’Univers ! Il n’y a
d’autre divinité que Lui ! Comment pouvez-vous vous en détourner,
[63] ainsi que l’avaient fait jadis ceux qui récusaient les signes du
Seigneur ?
[64] Tel est Dieu qui a fait pour vous de la Terre un lieu de séjour et du
firmament une immense voûte, qui vous a pourvus de formes
harmonieuses et qui vous a procuré une subsistance délicieuse. Tel est
Dieu, votre Seigneur ! Béni soit Dieu, le Maître de l’Univers ! [65] Il est
le Vivant ! Il n’y a point de divinité que Lui ! Priez-Le, en Lui vouant un
culte sans partage ! Louange à Dieu, le Maître de l’Univers !
[66] Dis aux infidèles : « Il m’a été interdit d’adorer ceux que vous
invoquez en dehors de Dieu. Des preuves évidentes à ce sujet me sont
parvenues de la part de mon Seigneur, qui m’a ordonné de me soumettre
au Maître de l’Univers.
[67] C’est Lui qui vous a créés de terre, puis d’une goutte de sperme, puis
d’un caillot adhésif. Il vous fait ensuite sortir à l’état de bébé du sein de
vos mères, pour que vous atteigniez votre maturité ; et vieillir ensuite, si
vous ne mourez pas plus tôt. Mais le terme de la vie de chacun de vous est
fixé d’avance. Peut-être serez-vous capables d’y réfléchir. »
[68] C’est Dieu qui donne la vie et la mort ; et quand Il décide une chose,
il Lui suffit de dire : « Sois ! », et la chose est.
[69] Ne vois-tu pas jusqu’où vont dans leur égarement ceux qui discutent
des versets du Seigneur ? [70] Ceux qui nient l’authenticité du Coran et la
mission que Nous avons confiée à Nos prophètes seront fixés sur leur sort,
[71] quand, carcan au cou et corps enchaîné, ils seront traînés [72] dans
l’eau bouillante, puis jetés en pâture à l’Enfer.
[73] Puis il leur sera dit : « Où sont donc les idoles que vous associiez
[74] à Dieu ? » Ils répondront : « Nous ne savons plus où elles sont
passées, ou plutôt nous n’adorions que le néant ! » C’est ainsi que Dieu
égare les négateurs.
[75] Et il leur sera dit : « Telle est la rétribution de vos réjouissances
insensées sur Terre et de l’orgueil exubérant que vous affichiez sans
pudeur. [76] Franchissez donc pour l’éternité le seuil de la Géhenne, cette
affreuse demeure réservée aux superbes ! »
[77] Arme-toi de patience ! La promesse du Seigneur s’accomplira sans
conteste. Que tu assistes à une partie des tourments que Nous leur
réservons ou que tu sois rappelé auparavant à Nous, tous les hommes
Nous feront inéluctablement retour.
[78] Nous avons envoyé bien des prophètes avant toi. Nous t’avons
raconté l’histoire de certains d’entre eux et Nous Nous sommes tu sur
celle des autres. Il n’appartient à aucun prophète de produire un signe sans
la permission de Dieu. Et lorsque l’ordre de Dieu est donné, le verdict sera
rendu en toute équité, et ce sont les négateurs qui seront les seuls perdants.
[79] C’est Dieu qui a créé pour vous les bestiaux ; des uns vous faites vos
montures et des autres vous tirez votre nourriture, [80] sans compter
d’autres avantages qu’ils vous procurent. C’est ainsi qu’ils vous aident à
atteindre certains buts qui vous tiennent à cœur, et c’est sur eux et sur les
vaisseaux que vous effectuez vos voyages.
[81] Dieu vous montre Ses signes. Lequel d’entre eux oserez-vous
démentir ?
[82] Que ne parcourent-ils la Terre pour voir ce qu’il est advenu de ceux
qui les ont précédés ? Bien que l’emportant sur eux par le nombre, la
puissance et les vestiges qu’ils ont laissés sur la Terre, ils n’ont pu, malgré
tous ces moyens, échapper à leur perte, [83] car, lorsque leurs prophètes
venaient les prêcher avec des preuves évidentes à l’appui, ils se
prévalaient de la science qu’ils détenaient. Mais les menaces dont ils se
moquaient les assaillirent de toutes parts. [84] Et c’est seulement
lorsqu’ils virent Notre rigueur qu’ils s’écrièrent : « Nous croyons en Dieu
Seul et désavouons les idoles que nous Lui avions associées ! »
[85] Mais cette conversion tardive, en présence du châtiment, ne leur fut
d’aucun secours. Telle est la loi que Dieu a toujours appliquée aux
générations révolues. Et c’est ainsi que les négateurs devaient tout perdre.