SOURATE AT TAHRIM

66. Sourate de l’Interdiction (At-Tahrîm)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Prophète ! Pourquoi, voulant complaire à tes épouses, t’interdis-tu ce
que Dieu te permet ? Dieu est infiniment Clément et Miséricordieux.
[2] Dieu a pourtant institué pour vous un moyen de vous délier de certains
de vos serments. Dieu est votre Maître et Il est l’Omniscient, le Sage.
[3] Le Prophète avait confié un secret à l’une de ses épouses, qui alla le
divulguer auprès d’une autre. Averti par Dieu, le Prophète en fit la
remarque à demi-mot à l’indiscrète qui, se sentant dévoilée, s’exclama :
« Qui t’en a fait part ? » – « C’est, répondit-il, l’Omniscient, le Parfait
Connaisseur qui m’en a avisé. [4] Si toutes deux vous vous repentez à
Dieu, c’est que vos cœurs se sont inclinés au bien ; mais si, au contraire,
vous vous liguez contre le Prophète, sachez qu’il a Dieu pour protecteur,
et pour soutiens Gabriel, l’élite des croyants, et les anges. [5] Il se peut
que son Seigneur lui donne en échange, s’il vous répudie, de meilleures
épouses que vous, à la fois soumises à Dieu, croyantes, obéissantes,
repentantes, assidues à la prière et au jeûne ; qu’elles aient été mariées
auparavant ou qu’elles soient encore vierges. »
[6] Ô vous qui croyez ! Préservez vos personnes et vos familles de l’Enfer
qui se nourrit d’hommes et de pierres, et dont la garde est assurée par des
anges inflexibles et sévères, qui ne désobéissent jamais à leur Seigneur et
qui exécutent tout ce qu’Il leur ordonne. [7] Et vous infidèles ! Désormais,
vous n’avez plus d’excuses à fournir ! Vous serez récompensés
uniquement suivant vos œuvres !
[8] Ô vous qui croyez ! Que votre repentir à Dieu soit sincère ! Il se peut
que votre Seigneur vous fasse rémission de vos fautes et vous admette
dans des Jardins où coulent des ruisseaux, le jour où Dieu épargnera toute
humiliation au Prophète et à ceux qui ont cru avec lui, et où leur lumière
évoluera devant eux et sur leur droite, tandis qu’ils diront : « Seigneur !
Fais briller d’un plus vif éclat notre lumière ! Accorde-nous Ton pardon,
car Ta puissance n’a point de limite. »
[9] Ô Prophète ! Combats les infidèles et les hypocrites ! Sois sévère à
leur égard ! Car leur dernière demeure sera la Géhenne, et quel horrible
destin sera le leur !
[10] Dieu propose comme exemple aux infidèles la femme de Noé et celle
de Loth. Toutes deux étaient unies à deux vertueux d’entre Nos serviteurs
et elles les trahirent. Mais le fait d’avoir été leurs épouses ne les sauvera
point du châtiment du Seigneur, lorsqu’elles s’entendront dire : « Entrez
dans l’Enfer avec les autres damnés ! »
[11] Mais aux fidèles Dieu donne l’exemple de la femme de Pharaon
lorsqu’elle dit : « Seigneur ! Réserve-moi, auprès de Toi, une demeure au
Paradis ! Protège-moi de Pharaon et de ses manœuvres et délivre-moi des
êtres iniques ! »
[12] Et Il leur propose aussi l’exemple de Marie, fille d’Imrân, qui sut
préserver sa chasteté et en qui Nous avons insufflé une parcelle de Notre
Esprit. Elle avait cru aux paroles de son Seigneur et à Ses Écritures. Elle
fut du nombre des vertueuses.