SOURATE AZ ZUKHRUF

43. Sourate de l’Ornement (Az-Zukhruf)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ - Mîm. [2] Par le Livre explicite ! [3] Nous en avons fait un Coran
en langue arabe, afin que vous en saisissiez le sens. [4] Il est auprès de
Nous, dans l’Archétype, sublime et plein de sagesse.
[5] Quoi ! Renoncerons-Nous à vous avertir parce que vous êtes un peuple
outrancier ? [6] Que de prophètes n’avons-Nous pas envoyés aux peuples
anciens ! [7] Mais aucun prophète ne s’est présenté à eux sans qu’ils
l’aient tourné en dérision, [8] alors que Nous avons anéanti de plus
redoutables qu’eux, et Nous vous en avons donné précédemment des
exemples.
[9] Si tu leur demandes : « Qui a créé les Cieux et la Terre ? » Ils
répondront très certainement : « C’est le Tout-Puissant, l’Omniscient qui
les a créés. » [10] C’est Lui, en effet, qui fit pour vous de la terre un
berceau et qui la fit sillonner de routes pour vous permettre de vous
guider ;
[11] c’est Lui qui fait descendre la pluie du ciel avec mesure, pour
revivifier une terre morte. Et c’est ainsi que vous serez ressuscités un jour.
[12] C’est Lui qui a créé toutes les espèces, par couples, et qui a fait des
vaisseaux et des bestiaux un moyen de transport pour vous, [13] afin que,
une fois à bord de vos navires ou sur le dos de vos montures, vous
célébriez les bienfaits de votre Seigneur et que vous disiez : « Gloire à
Celui qui nous a soumis toutes ces choses que nous n’aurions jamais pu
dominer tout seuls. [14] En vérité, c’est vers notre Seigneur que se fera
notre retour. »
[15] Cependant, les polythéistes attribuent à Dieu des enfants parmi Ses
propres serviteurs. L’homme est vraiment d’une inqualifiable ingratitude !
[16] Dieu se serait-Il attribué des filles parmi Ses créatures en vous
accordant par préférence des garçons ? [17] Lorsqu’on annonce à l’un
d’eux la naissance d’un enfant du sexe qu’il attribue au Miséricordieux, il
passe toute sa journée le visage sombre et le cœur serré : [18] « Quoi !
Engendrer un être qui sera élevé dans les colifichets et qui ne pourra
même pas dans une dispute se défendre par des arguments clairs et
précis ! » [19] Et ils firent des anges, qui sont les serviteurs du
Miséricordieux, des êtres féminins. Étaient-ils témoins de leur création ?
Leur témoignage sera consigné et ils auront à en répondre. [20] Ils ont dit
également : « Si le Miséricordieux l’avait voulu, nous n’aurions pas adoré
ces idoles. » Qu’en savent-ils, au juste ? Ce ne sont là que des affirmations
gratuites. [21] Ou bien leur avons-Nous donné, avant le Coran, un Livre
auquel ils se réfèrent ? [22] Il n’en est rien. Ils disent seulement : « Nous
avons trouvé nos pères attachés à ce culte et nous suivons leurs traces. »
[23] Il en a toujours été ainsi. Nous n’avons jamais envoyé, avant toi, un
messager pour avertir une cité sans que ses habitants les plus opulents lui
aient dit : « Nous avons trouvé nos pères attachés à ce culte et nous
suivons leurs traces. » [24] Et quand le messager leur disait : « Et si je
vous indiquais une meilleure direction que celle sur laquelle vous avez
trouvé vos ancêtres ? », les notables de la cité répondaient : « Nous ne
croirons pas à votre message ! »
[25] Aussi tirâmes-Nous vengeance de ces peuples. Considère donc quelle
fut la fin des négateurs !
[26] Souviens-toi de ce qu’Abraham avait dit à son père et à son peuple :
« Je désavoue totalement ces dieux que vous adorez. [27] Je n’adore que
Celui qui m’a créé, car c’est Lui qui, en vérité, me guidera. » [28] Et il en
fit une parole qui devait se perpétuer parmi ses descendants, afin qu’ils
reviennent vers leur Seigneur.
[29] Bien plus ! J’ai laissé ces gens et leurs ancêtres jouir des biens de ce
monde jusqu’au moment où ils ont reçu la Vérité et un Prophète véridique.
[30] Or, lorsque la Vérité leur est parvenue, ils se sont écriés : « Ceci n’est
que de la magie, et nous refusons d’y croire ! » [31] Puis ils ajoutèrent :
« Pourquoi n’a-t-on pas révélé ce Coran à quelque personnage important
de l’une ou l’autre des deux villes ? » [32] Serait-ce à eux de distribuer la
miséricorde de ton Seigneur ? Non ! C’est Nous qui répartissons entre eux
leurs moyens d’existence en ce monde et qui les élevons les uns au-dessus
des autres de quelques degrés, afin qu’ils se portent mutuellement
assistance. Cependant, la miséricorde de ton Seigneur vaut mieux que tous
les biens qu’ils amassent. [33] S’il n’était pas à craindre que l’humanité ne
forme une seule communauté d’impies, Nous aurions pourvu les maisons
de ceux qui ne croient pas au Miséricordieux de toits d’argent, avec des
escaliers pour y accéder,
[34] de portes et de lits pour qu’ils puissent s’y reposer, [35] et Nous
aurions couvert le tout d’ornements dorés. Mais tout cela n’aurait été
qu’une jouissance éphémère d’ici-bas, car, pour ton Seigneur, la vraie vie
est celle qui est dans la vie future et qu’Il réserve à ceux qui Le craignent.
[36] Quiconque reste insensible à l’appel de Dieu, Nous lui susciterons un
démon qui deviendra son compagnon inséparable. [37] Les démons ont,
en effet, pour habitude de détourner les hommes du droit chemin, lors
même que ces derniers s’estiment être bien guidés.
[38] Et lorsque cet homme se présentera devant Nous, il s’écriera à
l’adresse de son démon : « Plût à Dieu que nous fussions séparés l’un de
l’autre par la distance qui existe entre l’Orient et l’Occident ! Quel funeste
compagnon ! » [39] Mais ces regrets tardifs ne vous serviront à rien en ce
Jour ! Et du moment que vous avez été associés dans l’injustice, vous le
serez également dans le supplice !
[40] Pourras-tu jamais te faire entendre des sourds, faire marcher droit les
aveugles ou guider celui qui est engagé dans un profond égarement ?
[41] Soit que Nous te rappelions à Nous avant de sévir contre eux ;
[42] soit que Nous te montrions le châtiment que Nous leur avions promis.
De toute façon, Nous les tenons en Notre pouvoir. [43] L’essentiel est que
tu t’attaches fermement à ce qui t’est révélé, car tu es dans la bonne voie ;
[44] et ce Coran constitue pour toi et pour ton peuple un vrai rappel dont
vous aurez à rendre compte.
[45] Demande aux messagers que Nous avons envoyés avant toi si Nous
avons institué, en dehors du Miséricordieux, d’autres divinités dignes
d’être adorées. [46] Nous avons envoyé Moïse avec Nos signes à Pharaon
et aux gens de sa cour. « Je suis l’envoyé du Maître de l’Univers ! », leur
dit-il. [47] Mais lorsqu’il produisit Nos signes sous leurs yeux, ils s’en
moquèrent,
[48] alors que toutes les preuves que Nous leur montrions étaient plus
probantes les unes que les autres. Mais ce fut en vain. Nous les
éprouvâmes alors par le supplice, pour les faire revenir de leurs erreurs.
[49] « Ô magicien, dirent-ils à Moïse, implore ton Seigneur, au nom de la
promesse qu’Il t’a faite, de mettre fin à nos épreuves, et nous nous
engageons à te suivre dans la bonne voie ! » [50] Mais dès que Nous
eûmes mis fin à leurs châtiments, ils s’empressèrent de violer leurs
engagements, [51] et Pharaon s’adressa à son peuple en ces termes : « Ô
mon peuple ! Ne suis-je pas le maître absolu du royaume d’Égypte avec
tous ces canaux d’eau qui coulent à mes pieds ? Ne le voyez-vous pas ?
[52] Ne suis-je donc pas supérieur à ce vil individu qui sait à peine
s’exprimer ? [53] Si au moins il avait reçu d’en haut des bracelets d’or
pour se parer, ou s’était présenté avec une escorte d’anges pour
l’assister ! »
[54] Pharaon cherchait à égarer son peuple. Et celui-ci lui a obéi, car
c’était un peuple pervers. [55] Ayant ainsi provoqué Notre colère, Nous
sévîmes contre eux et les engloutîmes tous sous les flots, [56] faisant
d’eux un exemple et une leçon pour les peuples à venir.
[57] Et quand le fils de Marie fut proposé en exemple, ton peuple s’en
détourna avec dédain, [58] en disant : « Nos divinités ne sont-elles pas
meilleures que lui ? » Il est clair qu’ils n’ont songé à cette comparaison
que pour susciter des controverses, en tant que peuple chicanier.
[59] Jésus n’était qu’un serviteur auquel Nous avons accordé Notre grâce
et dont Nous fîmes un exemple pour les enfants d’Israël.
[60] Et si Nous le voulions, Nous aurions fait de vous des anges pour vous
succéder sur la Terre.
[61] En vérité, il sera un signe certain de l’Heure. N’ayez nul doute à ce
sujet et suivez-Moi ! C’est là la Voie de la rectitude ! [62] Que Satan ne
vous en détourne pas, car il est votre ennemi déclaré !
[63] Lorsque Jésus se présenta aux hommes, nanti de preuves évidentes, il
leur dit : « Je vous apporte la sagesse et je viens vous éclairer sur certaines
questions qui vous divisent. Craignez donc Dieu et obéissez-moi !
[64] Dieu, en vérité, est mon Maître et le vôtre. Adorez-Le ! Voilà le droit
chemin. »
[65] Mais les factions divergèrent entre elles. Malheur aux infidèles du
châtiment d’un jour douloureux !
[66] Qu’attendent-ils au juste, sinon l’Heure qui viendra les surprendre
sans qu’ils s’y soient préparés ?
[67] Ce jour-là, les amis les plus intimes deviendront ennemis les uns des
autres, hormis ceux qui craignent le Seigneur [68] et auxquels il sera dit :
« Ô Mes serviteurs ! N’ayez aucune crainte ni affliction en ce Jour !
[69] Vous qui croyez en Nos signes et qui êtes soumis, [70] entrez au
Paradis, vous et vos épouses, où vous serez honorés ! »
[71] Et on fera circuler parmi eux des plats d’or et des coupes contenant
tout ce qui flatte l’âme et réjouit l’œil. « Et vous y serez pour l’éternité. »
[72] Tel est le Paradis qui vous sera donné en héritage pour prix de vos
œuvres passées, [73] et où vous trouverez des fruits, en abondance, dont
vous vous délecterez,
[74] pendant que les criminels subiront éternellement les supplices de
l’Enfer, [75] où rien ne viendra atténuer leurs souffrances et où leur
désespoir sera extrême.
[76] Et Nous n’aurons pas sévi injustement contre eux. Ce sont eux qui
auront été injustes envers eux-mêmes. [77] « Ô Mâlik, supplieront-ils, que
ton Seigneur nous achève ! » – « Vous êtes ici pour l’éternité », répondra
l’archange. [78] « Nous vous avions jadis apporté la Vérité ; mais la
plupart d’entre vous avaient la vérité en horreur », dira le Seigneur.
[79] Ont-ils arrêté un quelconque projet ? En réalité, c’est à Nous à qui
revient la décision finale. [80] Croient-ils que Nous ne savons pas leurs
secrets et que Nous n’entendons pas leurs conciliabules ? Mais si ! Nos
anges, placés près d’eux, couchent tout par écrit.
[81] Dis aux polythéistes : « Si Dieu avait un fils, je serais le premier à
l’adorer ! [82] Pureté au Seigneur des Cieux et de la Terre, au Seigneur du
Trône qui transcende tout ce que pensent de Lui les hommes ! »
[83] Laisse-les se livrer à leurs débats futiles et à leurs jeux frivoles
jusqu’à ce qu’ils rencontrent le jour qui leur est promis !
[84] C’est Lui qui est Dieu dans le Ciel et c’est Lui qui est Dieu sur la
Terre ! C’est Lui le Sage, l’Omniscient ! [85] Béni soit Celui à qui
appartient le Royaume des Cieux, de la Terre et des espaces interstellaires,
de qui relève la connaissance de l’Heure et vers qui vous devez tous faire
retour ! [86] Les idoles qu’ils invoquent en dehors de Lui n’ont aucun
pouvoir d’intercéder. Ce privilège est réservé à ceux qui ont proclamé la
vérité en pleine connaissance de cause. [87] Si tu demandes aux idolâtres
qui les a créés, ils répondront certainement : « C’est Dieu ! » Comment se
fait-il alors qu’ils s’En détournent ?
[88] « Seigneur ! Voilà des gens qui ne veulent pas croire ! », s’est plaint
le Prophète. [89] Et il reçut cette réponse : « Sépare-toi d’eux, sur des
paroles conciliantes ! Un jour, ils se rendront à l’évidence ! »