SOURATE ASH SHURA

42. Sourate de la Délibération (Ash-Shûrâ)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ - Mîm. [2] `Ayn - Sîn - Qâf. [3] C’est ainsi que Dieu, le Tout-
Puissant, le Sage, t’envoie des révélations comme à ceux qui t’ont
précédé. [4] À Lui appartient ce qui est dans les Cieux et sur la Terre. Il
est l’Auguste, Il est le Sublime.
[5] Peu s’en faut que les Cieux ne s’affaissent les uns sur les autres, quand
les anges célèbrent les louanges de leur Seigneur et implorent Son pardon
en faveur des habitants de la Terre. Il est le Tout-Pardonneur, le Tout-
Miséricordieux. [6] Dieu est Témoin de ce que font ceux qui prennent des
protecteurs en dehors de Lui, et tu n’es point le garant de leur salut.
[7] Ainsi, Nous te révélons un Coran en langue arabe, afin que tu
avertisses la ville métropole et les alentours, et que tu les préviennes du
Jour inéluctable du Jugement dernier, où une partie des hommes ira au
Paradis et une autre ira en Enfer. [8] Si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait des
hommes une seule communauté. Mais Il admet au sein de Sa miséricorde
qui Il veut, et les injustes n’auront ni secours ni protection.
[9] Ont-ils donc pris d’autres maîtres en dehors de Dieu ? C’est pourtant
Dieu qui est le seul Patron, car c’est Lui qui rend la vie aux morts et qui
est Tout-Puissant. [10] Toute divergence qui surgira entre vous devra être
soumise au Jugement de Dieu. Tel est Dieu, mon Seigneur ! C’est en Lui
que je place ma confiance et c’est à Lui que je reviens repentant.
[11] Créateur des Cieux et de la Terre, Il vous a donné des épouses issues
de vous-mêmes, comme Il a réparti les bestiaux par couples. C’est ainsi
qu’Il vous multiplie. Rien ne Lui est comparable. Il entend tout et voit
tout. [12] Il détient les rênes des Cieux et de la Terre. Il attribue Ses dons
avec générosité ou parcimonie à qui Il veut. Il est Omniscient.
[13] Il a établi pour vous, en matière de religion, ce qu’Il avait prescrit à
Noé, ce que Nous te révélons à toi-même, ce que Nous avions prescrit
auparavant à Abraham, à Moïse et à Jésus : « Acquittez-vous, leur fut-il
dit, du culte de Dieu et n’en faites pas un sujet de division entre vous ! »
Combien doit paraître dure aux idolâtres cette foi à laquelle tu les invites !
Mais Dieu attire vers Lui qui Il veut et guide vers Lui le coupable
repentant.
[14] Ils ne se sont divisés qu’après avoir reçu la science, et ce par pur
esprit de rivalité entre eux. Et n’était l’arrêt de ton Seigneur ajournant Sa
sentence à un terme fixé à l’avance de toute éternité, tout différend entre
eux aurait déjà été tranché. D’ailleurs, ceux qui après eux ont reçu
l’Écriture en héritage sont encore à son sujet dans un doute troublant.
[15] Appelle donc les hommes à la vraie religion ! Suis la voie droite
comme il t’a été ordonné ! Ne suis pas les idolâtres dans leurs divagations
et proclame : « Je crois à tout Livre révélé par Dieu ! J’ai reçu ordre de
vous juger avec impartialité ! Dieu est notre Seigneur et le vôtre ! À nous
nos œuvres et à vous les vôtres ! Il est inutile de nous disputer. Dieu nous
réunira un jour, car c’est vers Lui que tout doit faire retour. »
[16] L’argument de ceux qui continuent à discuter au sujet de Dieu, après
qu’il a été répondu à Son appel, n’a plus aucune valeur auprès de leur
Seigneur. Ils seront voués à Sa colère et leur châtiment sera cruel.
[17] C’est Dieu qui a révélé le Livre et institué la justice en toute vérité.
Qu’en sais-tu ? L’Heure du Jugement est peut-être imminente. [18] Seuls
les impies sont impatients de la voir venir, alors que les croyants en
redoutent l’avènement, sachant qu’elle est inéluctable. Il est vrai que ceux
qui contestent l’Heure s’enfoncent trop loin dans leur erreur.
[19] Dieu est Plein de clémence pour Ses serviteurs. Il distribue Ses biens
à qui Il veut. Il est le Fort et le Tout-Puissant. [20] Quiconque désire
cultiver le champ de la vie future, Nous ferons prospérer son labour.
Quiconque désire cultiver uniquement le champ de ce monde, Nous lui en
donnerons quelques miettes, mais il n’aura aucune part dans la vie future.
[21] Ou bien auraient-ils des divinités qui auraient établi pour eux des lois
religieuses non autorisées par Dieu ? Si l’arrêt décisif n’avait pas été
prononcé, Dieu aurait déjà réglé leur compte. Mais un châtiment
implacable est réservé aux injustes.
[22] Tu verras les injustes au Jour du Jugement transis de peur devant la
gravité de leurs péchés et du châtiment qu’ils devront inéluctablement
subir, pendant que ceux qui auront cru et fait le bien seront dans les
jardins du Paradis, où ils verront tous leurs vœux exaucés auprès de leur
Seigneur. Et ce sera pour eux la faveur suprême !
[23] Telle est la bonne nouvelle que Dieu annonce à Ses serviteurs qui
croient et font le bien. Dis : « Je ne vous réclame pour cela aucun salaire,
si ce n’est seulement l’affection due à vos proches. » Quiconque
accomplit une bonne action, Nous lui en augmenterons le mérite, car Dieu
est Plein d’indulgence et de gratitude.
[24] Ou diront-ils : « Il a forgé un mensonge qu’il attribue à Dieu » ? Mais
Dieu pourrait alors, si cela Lui plaît, sceller à jamais ton cœur, et, par Son
arrêt, dissiper l’erreur et imposer la Vérité, car Il sait ce que recèlent les
cœurs. [25] C’est Lui qui agrée le repentir de Ses serviteurs, qui absout les
mauvaises actions et qui sait ce que vous faites. [26] Il exauce ceux qui
croient et accomplissent des œuvres salutaires, en multipliant envers eux
Ses faveurs, mais Il fait subir aux négateurs d’affreuses tortures.
[27] Si Dieu avait prodigué sans mesure Ses richesses aux hommes, ces
derniers auraient commis les pires excès sur la Terre. Aussi leur accorde-t-
Il ce qu’Il veut, avec mesure, car Il connaît si bien la nature des hommes
et lit si bien dans leurs cœurs.
[28] C’est Lui qui envoie la pluie bienfaisante au moment où les hommes
en désespèrent, pour étendre ainsi sur eux Sa miséricorde. Il est le
Protecteur et le Magnanime. [29] Parmi Ses signes, il y a la création des
Cieux, de la Terre et de tous les êtres vivants qu’Il y a disséminés, et Il a
tout pouvoir, quand Il voudra, de les réunir. [30] Tout malheur qui vous
frappe ne peut être que le fruit de vos propres œuvres. Cependant, Dieu
vous pardonne bien des fautes. [31] Vous ne sauriez vous opposer à la
puissance divine sur Terre, et vous n’avez, en dehors de Dieu, ni maître ni
défenseur.
[32] Parmi Ses signes, il y a les vaisseaux qui sillonnent les mers et s’y
dressent comme des montagnes altières. [33] Et s’Il le voulait, Il apaiserait
le vent, et les vaisseaux s’immobiliseraient à la surface des eaux. N’y a-t-
il pas là des signes pour tout homme patient et reconnaissant ? [34] Ou
bien Il les ferait sombrer, en sanction des fautes qu’ils ont commises. Et
pourtant que de fautes Il leur pardonne !
[35] C’est ainsi que ceux qui contestent Nos signes apprendront qu’ils ne
sauraient échapper à Nos rigueurs.
[36] Tous les biens que vous avez reçus en ce monde ne sont qu’une
jouissance éphémère, tandis que ceux qui sont auprès de Dieu sont bien
plus précieux et plus durables. Ils sont réservés aux croyants qui placent
leur confiance en leur Seigneur ; [37] ceux qui évitent de commettre des
péchés capitaux et des turpitudes, et qui savent pardonner quand ils sont
en colère ; [38] ceux qui répondent à l’appel de leur Seigneur, observent la
salât, se consultent entre eux au sujet de leurs affaires et qui, de ce que
Nous leur avons donné, font des dépenses en œuvres charitables ;
[39] ceux qui répondent à l’offense quand ils en sont victimes, [40] sans
oublier que la riposte doit être égale à l’offense subie, et que celui qui
pardonne et se montre conciliant trouvera sa récompense auprès du
Seigneur, car Dieu n’aime pas les agresseurs.
[41] Mais ceux qui répondent à une injustice dont ils ont été victimes
n’encourent aucune peine. [42] En revanche sont punissables ceux qui
oppriment leurs semblables, et qui, sans souci d’équité, sèment le mal sur
la Terre. À ceux-là un châtiment douloureux est réservé. [43] C’est un
signe d’une grande sagesse que de faire preuve de patience et de
clémence. [44] Celui que Dieu égare ne trouvera, en dehors de Lui, nul
protecteur. On verra les injustes s’écrier à la vue du châtiment : « Y a-t-il
un moyen de retourner sur Terre ? »
[45] Et tu les verras exposés au souffle de la Géhenne, les yeux voilés de
honte et jetant des regards furtifs. Les croyants diront alors : « Voilà les
réprouvés qui ont causé leur propre perte et celle des leurs au Jour du
Jugement dernier. » En vérité, les injustes seront livrés à un supplice
éternel. [46] Et, en dehors de Dieu, ils n’auront aucun protecteur pour les
soutenir, car celui que Dieu égare ne peut plus trouver son chemin.
[47] Répondez donc à l’appel de votre Seigneur, avant que ne vienne le
jour inéluctable fixé par Lui de toute éternité. Ce jour-là, vous ne
trouverez plus aucun refuge et il ne vous sera plus possible de renier vos
œuvres. [48] S’ils se détournent de toi, sache que Nous ne t’avons pas
envoyé pour assurer leur sauvegarde. Tu n’es chargé que de les avertir.
Lorsque Nous accordons à l’homme quelques faveurs de Notre part, il
s’en réjouit ; mais aussitôt qu’un malheur l’atteint pour le punir de ses
fautes, il fait preuve d’une grande ingratitude. [49] À Dieu appartient le
Royaume des Cieux et de la Terre. Il crée ce qu’Il veut. Il donne des filles
à qui Il veut. Il donne des enfants mâles à qui Il veut, [50] ou à la fois des
enfants, de sexe différent, et Il rend stérile qui Il veut. Il est Omniscient et
Puissant.
[51] Il n’est pas donné à un homme que Dieu lui parle directement, si ce
n’est par inspiration ou derrière un voile ou par l’envoi d’un messager qui
lui révèle, par Sa permission, ce qu’Il veut. Dieu est Sublime et Sage.
[52] Et c’est ainsi que Nous t’avons révélé un Esprit le Coran par un effet
de Notre ordre, alors qu’auparavant tu ne connaissais ni l’Écriture ni la
foi. Nous en avons fait une lumière par laquelle Nous guidons qui Nous
voulons parmi Nos serviteurs. Et toi, en vérité, c’est vers la Voie droite
que tu guides les hommes, [53] vers la Voie de Dieu, le Maître de ce qui
est dans les Cieux et sur la Terre, et vers Lequel inéluctablement tout fera
retour.