SOURATE AS SAFFAT

37. Sourate des Rangs (As-Sâffât)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Par les anges disposés en rangs serrés, [2] qui montent une garde
vigilante [3] et bénissent inlassablement le Nom du Seigneur, [4] en
répétant : « Votre Dieu est Unique ; [5] Il est le Maître des Cieux, de la
Terre et des espaces interstellaires et Il est le Maître des Orients ! »
[6] En vérité, Nous avons donné au ciel le plus proche une parure
d’étoiles, [7] afin de le protéger contre les démons rebelles [8] et les
empêcher, en les harcelant de toutes parts, de venir surprendre quelques
secrets du monde céleste. [9] Ainsi refoulés, ils seront livrés à un tourment
permanent, [10] à moins que l’un d’eux ne saisisse au vol quelques bribes
d’entretien ; mais il serait alors aussitôt poursuivi par un météore
flamboyant.
[11] Demande aux infidèles lequel fut plus difficile pour Nous à créer,
d’eux ou des autres créatures ? Eux, Nous les avons tirés d’une simple
terre glaise. [12] Mais pendant que tu t’émerveilles devant la puissance
divine, eux se contentent de s’en moquer ; [13] et lorsqu’on les exhorte, ils
font preuve d’une totale insensibilité.
[14] Voient-ils quelque signe de Dieu, ils le tournent aussitôt en dérision.
[15] « Ce n’est là que pure magie !, disent-ils. [16] Est-ce que, une fois
morts et réduits en ossements et en poussière, nous allons être ramenés à
la vie ? [17] Et nos premiers ancêtres aussi ? » [18] Réponds-leur : « Bien
sûr que vous serez ressuscités et humblement soumis. » [19] Un seul cri
retentira et voilà les morts hors de leurs tombes, bien réveillés [20] et
s’écriant : « Malheur à nous ! Voilà que le Jour du Jugement dernier est
arrivé ! » [21] Oui, voilà le Jour de la Décision que vous traitiez de
mensonge !
[22] « Rassemblez, sera-t-il ordonné, les impies ainsi que leurs épouses et
les divinités qu’ils adoraient, [23] en dehors de Dieu ! Conduisez-les en
Enfer ! [24] Saisissez-vous-en ! Ils ont des comptes à rendre ! »
[25] Et il leur sera dit : « Pourquoi ne vous portez-vous pas mutuellement
secours ? » [26] Mais, ce jour-là, ils se seront totalement soumis [27] et, se
tournant les uns vers les autres, ils se feront de mutuels reproches :
[28] « Vous nous avez entraînés dans votre sillage ! », diront les impies à
leurs maîtres. [29] – « Ce n’est pas vrai, rétorqueront leurs maîtres, vous
n’avez jamais été croyants ! [30] Nous n’avons exercé aucune contrainte
sur vous ; mais vous étiez naturellement rebelles ! [31] Voici que se
réalise, contre nous tous, l’arrêt de Notre Seigneur nous condamnant à
expier nos fautes dans le tourment et la douleur. [32] Et si nous vous
avons égarés, c’est que nous-mêmes étions dans l’erreur. »
[33] C’est ainsi qu’impies et démons seront tous, ce jour-là, associés dans
le tourment et la douleur. [34] Et c’est ainsi, en vérité, que Nous traiterons
les criminels [35] qui, quand on leur disait : « Il n’y a d’autre divinité que
Dieu ! », s’enflaient d’orgueil [36] et rétorquaient : « Quoi ! Allons-nous
abandonner nos divinités pour suivre un poète en délire ? »
[37] Bien au contraire, le Prophète apporte la Vérité et confirme la
mission des autres envoyés !
[38] Vous serez, certes, exposés à un douloureux châtiment ; [39] mais
vous ne serez rétribués que selon les œuvres que vous aurez accomplies,
[40] pendant que les serviteurs élus de Dieu [41] recevront, eux, en don
continuel [42] toutes sortes de fruits, et seront honorés [43] dans les
Jardins des délices, [44] se faisant face et confortablement installés.
[45] On fera circuler entre eux, dans des coupes, une liqueur [46] limpide
et d’une saveur exquise, [47] qui ne provoque ni ivresse ni malaise.
[48] Et ils auront auprès d’eux leurs épouses aux grands yeux, au regard
chaste, [49] et au teint d’une blancheur immaculée. [50] Puis, se tournant
les uns vers les autres, ils se poseront des questions, [51] et l’un d’eux
racontera : « J’avais un compagnon
[52] qui me disait : “Es-tu de ceux qui croient à la résurrection ?
[53] Crois-tu que, une fois morts et réduits à des ossements et à de la
poussière, nous aurons des comptes à rendre ?” [54] Voudriez-vous,
proposera-t-il, jeter un regard d’en haut ? » [55] Et, apercevant son
compagnon au fin fond de l’Enfer, [56] il lui dira : « Par Dieu ! Tu as bien
failli causer ma perte ! [57] Et sans la grâce de Dieu, j’aurais été du
nombre des damnés ! [58] Est-il donc vrai que nous ne sommes morts
[59] que de notre première mort et que nous ne serons jamais
suppliciés ? »
[60] En vérité, c’est cela le comble de la félicité ! [61] Et c’est pour
accéder à pareille félicité que les énergies doivent se mobiliser !
[62] Que vaut-il mieux ? Ce lieu de séjour ou l’arbre de Zaqqûm [63] dont
Nous avons fait, en vérité, une épreuve pour les injustes ? [64] C’est un
arbre qui sort du fond de l’Enfer [65] et dont les fruits ressemblent à des
têtes de démons. [66] Les réprouvés seront amenés à en manger et à s’en
emplir le ventre ; [67] puis à se gorger par-dessus d’un liquide bouillant,
[68] avant de retourner ensuite dans la Fournaise.
[69] C’est qu’ils avaient trouvé leurs ancêtres dans l’erreur [70] et
s’étaient précipités sur leurs traces sans réfléchir.
[71] Mais, avant eux, la plupart des peuples se sont déjà égarés, [72] et ce
ne fut pas faute de prophètes pour les avertir.
[73] Considère ce qu’il est advenu de ceux qu’on avait en vain avertis !
[74] Seuls les serviteurs élus de Dieu ont été épargnés.
[75] Noé avait imploré Notre secours et, certes, il ne pouvait en souhaiter
de meilleur. [76] Nous le sauvâmes, lui et sa famille, d’une terrible
calamité,
[77] en ne laissant subsister que sa descendance, [78] et Nous
perpétuâmes son souvenir dans la postérité. [79] Que le salut soit sur Noé
dans tout l’Univers ! [80] C’est ainsi que Nous récompensons les hommes
de bien. [81] Il était du nombre de Nos fidèles serviteurs. [82] Et Nous
avons ensuite noyé les autres.
[83] Parmi ses adeptes figurait Abraham, [84] qui, sincèrement dévoué à
son Seigneur, [85] s’adressa à son père et à son peuple en ces termes :
« Qu’est-ce que vous adorez ? [86] Préférez-vous adorer de fausses
divinités à la place de Dieu ? [87] Mais que pensez-vous donc du Maître
de l’Univers ? » [88] Puis, tournant son regard du côté des étoiles, [89] il
déclara : « Je suis porteur d’une maladie ! » [90] Et aussitôt ses
concitoyens tournèrent le dos et s’éloignèrent de lui. [91] Abraham se
glissa alors auprès de leurs idoles et leur dit : « Pourquoi ne mangez-vous
pas ? [92] Qu’avez-vous à ne pas répondre ? » [93] Puis, se précipitant sur
les statues, il se mit à leur porter de violents coups de sa main droite,
[94] ce qui fit revenir ses concitoyens en toute hâte vers lui. [95] « Est-il
normal, leur dit-il, que vous adoriez les statues que vous sculptez vous-
mêmes, [96] alors que c’est Dieu qui vous a créés, vous et ce que vous
façonnez ? » [97] – « Qu’on lui dresse un bûcher et qu’on le livre aux
flammes ! », cria la foule, [98] décidée à lui jouer un mauvais tour. Mais
Nous leur infligeâmes une défaite humiliante. [99] Abraham dit alors :
« Je m’en vais vers mon Seigneur ; Il me guidera dans Sa Voie. »
[100] « Seigneur, supplia-t-il, veuille m’accorder une vertueuse
postérité ! » [101] Nous lui annonçâmes alors que son foyer serait égayé
par la naissance d’un garçon plein de sagesse. [102] Et lorsque l’enfant fut
en âge d’accompagner son père, celui-ci lui dit : « Mon cher fils ! J’ai vu
en songe que je t’immolais. Vois ce qu’il y a lieu de faire ! » – « Père, dit
l’enfant, fais ce qui t’est ordonné. Tu verras, s’il plaît à Dieu, que je suis
de ceux qui savent s’armer de patience dans l’épreuve. »
[103] Tous les deux s’étaient résignés à la Volonté divine. Et déjà le père
avait couché le front de son fils contre terre, [104] lorsque Nous
l’appelâmes : « Ô Abraham ! [105] Tu as ajouté foi à ta vision ! C’est
ainsi que Nous récompensons ceux qui font le bien. » [106] En vérité, ce
fut là une bien rude épreuve. [107] Nous rachetâmes l’enfant par une
offrande de grande valeur. [108] Et Nous perpétuâmes son renom dans les
générations ultérieures. [109] Paix sur Abraham ! [110] C’est ainsi que
Nous récompensons les gens de bien ; [111] Abraham était un de Nos
fidèles serviteurs. [112] Nous lui annonçâmes également l’heureux
avènement d’Isaac, comme prophète parmi les saints. [113] Et Nous lui
accordâmes Notre bénédiction ainsi qu’à Isaac. Mais, parmi leur
descendance, il y eut des hommes de bien et d’autres manifestement
injustes envers eux-mêmes.
[114] Nous avons répandu aussi Nos bienfaits sur Moïse et Aaron.
[115] Nous les avons sauvés, eux et leur peuple, d’une angoisse extrême.
[116] Nous les avons secourus, et ils furent, eux, les vainqueurs.
[117] Nous leur avons donné l’Écriture à la clarté limpide ; [118] Nous
leur avons indiqué la bonne voie [119] et Nous avons perpétué leur
souvenir dans les générations ultérieures. [120] Que le salut soit donc sur
Moïse et sur Aaron ! [121] C’est ainsi que Nous récompensons les
hommes de bien, [122] car ils font partie de Nos fidèles serviteurs.
[123] Élie aussi fut un de Nos envoyés. [124] C’est lui qui a dit à son
peuple : « Ne craignez-vous pas Dieu ? [125] Allez-vous adorer Ba`l, en
délaissant le Meilleur des créateurs, [126] Dieu, votre Seigneur et Celui de
vos premiers ancêtres ? »
[127] Mais ils le traitèrent d’imposteur. Aussi auront-ils à répondre de ce
péché devant le Seigneur, [128] à l’exception de Nos élus serviteurs.
[129] Et Nous perpétuâmes son souvenir dans les générations ultérieures.
[130] Que le salut soit donc sur la famille d’Élie ! [131] C’est ainsi que
Nous récompensons les hommes de bien, [132] car Élie fait partie de Nos
fidèles serviteurs.
[133] Loth aussi fut un de Nos envoyés. [134] Nous l’avons sauvé lui et
toute sa famille ; [135] seule, sa vieille femme fut du nombre des
réprouvés. [136] Puis Nous avons anéanti tous les autres. [137] Et ce sont
leurs vestiges que vous foulez au pied matin [138] et soir. En avez-vous
saisi le sens ?
[139] Jonas avait lui aussi fait partie de Nos envoyés. [140] Il s’était
réfugié sur un vaisseau surchargé. [141] On tira au sort et il fut parmi les
rejetés à la mer, [142] où une baleine l’avala, car il avait encouru Notre
colère ; [143] et sans ses prières, [144] il serait resté dans le ventre de la
baleine jusqu’au Jour dernier.
[145] Nous le fîmes rejeter, épuisé, sur une plage déserte [146] et Nous
fîmes pousser au-dessus de lui un plant de citrouille. [147] Nous
l’envoyâmes ensuite comme messager à une population de cent mille
âmes ou plus encore, [148] qui crurent en Dieu. Aussi leur avons-Nous
permis de jouir de la vie, pour une période déterminée.
[149] Demande-leur si les filles reviennent à ton Seigneur, et si les
garçons reviennent à eux-mêmes ? [150] Aurions-Nous, en leur présence,
créé les anges en les dotant du sexe féminin ? [151] Cédant à leur goût
pour le mensonge, ils vont même jusqu’à dire : [152] « Dieu a
engendré ! », ce qui est une pure invention. [153] Dieu, selon vous,
préférerait avoir des filles plutôt que des garçons ?
[154] Sur quoi vous fondez-vous pour formuler un tel jugement ?
[155] N’êtes-vous donc pas raisonnables ? [156] Ou tenez-vous à l’appui
de vos dires quelque preuve irréfutable ! [157] Apportez alors votre Livre,
si vous êtes sincères ! [158] Ils vont même jusqu’à établir des liens de
parenté entre Dieu et les djinns ! Or, ceux-ci savent eux-mêmes que les
auteurs de tels mensonges auront à en répondre devant leur Seigneur.
[159] Gloire à Dieu ! Il est bien au-dessus de leurs blasphèmes !
[160] Seuls seront sauvés Nos élus serviteurs. [161] En vérité, vous et les
idoles que vous adorez [162] ne pourrez gagner à votre cause [163] que
ceux qui sont déjà voués à l’Enfer. [164] « Il n’est aucun parmi nous,
disent les anges, qui n’ait sa place fixée d’avance, [165] et nous sommes
toujours disposés en rangs, [166] pour célébrer la gloire du Seigneur. »
[167] Et tout en disant volontiers : [168] « Si nous avions reçu des anciens
un Livre de rappel, [169] nous aurions été les serviteurs élus du
Seigneur », [170] les négateurs n’hésitent pas à renier le Coran. Certes, ils
connaîtront la vérité, un jour. [171] Nous avions déjà promis à Nos fidèles
envoyés [172] que Notre assistance leur serait acquise, [173] et que ce
sont Nos troupes qui remporteraient la victoire. [174] Éloigne-toi d’eux
pour un temps [175] et observe-les ! Eux-mêmes verront à quoi ils
s’exposent. [176] Trouveraient-ils que Notre châtiment est trop lent à
venir ? [177] Or, quand celui-ci s’abattra sur eux, quel mauvais matin
alors pour ceux qu’on aura vainement avertis ! [178] Éloigne-toi d’eux
pour un temps encore [179] et observe-les ! Eux-mêmes verront à quoi ils
s’exposent. [180] Gloire à Dieu le Maître Suprême que ne peuvent
atteindre les calomnies des hommes ! [181] Paix et salut aux envoyés !
[182] Et louange à Dieu, le Maître Souverain de l’Univers !