SOURATE AL QIYAMA

75. Sourate de la Résurrection (Al-Qiyâma)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Non ! J’en jure par le Jour de la Résurrection ! [2] Non ! J’en jure par
l’âme toujours prompte à se faire des reproches ! [3] L’homme s’imagine-
t-il que Nous ne pourrons jamais regrouper ses ossements ? [4] Erreur !
Car Nous avons le pouvoir de remettre en place même ses phalanges !
[5] Mais l’homme voudrait plutôt continuer à vivre dans le libertinage
[6] et à demander : « À quand donc le Jour de la Résurrection ? »
[7] Quand le regard sera hébété, [8] quand la Lune sera éclipsée, [9] quand
le Soleil et la Lune seront réunis, [10] ce jour-là, l’homme s’écriera : « Où
fuir ? », [11] sans pouvoir trouver de refuge, [12] car c’est vers ton
Seigneur, ce jour-là, que tout fera retour.
[13] Et, ce jour-là, l’homme sera mis en face de toutes ses œuvres, du
début jusqu’à la fin. [14] Bien plus, l’homme se constituera en témoin
oculaire déposant contre lui-même, [15] quelles que soient les excuses
qu’il pourra par la suite présenter. [16] N’essaie pas, Prophète, de répéter
sur-le-champ tout verset qui t’est révélé dans ton impatience de le retenir !
[17] C’est à Nous qu’il appartient de te l’apprendre et de t’en faciliter la
lecture. [18] Au fur et à mesure que Nous l’énoncerons, suis-en la
récitation [19] et ce sera à Nous, ensuite, de t’en éclairer le sens !
[20] Ah non ! Vous aimez plutôt la vie fugitive [21] et négligez la vie
future ! [22] Ce jour-là, il y aura des visages qui brilleront d’un vif éclat
[23] et qui seront tout absorbés dans la contemplation de leur Seigneur,
[24] et des visages tout crispés [25] et tourmentés par les horribles
tourments qu’ils devront subir. [26] Qu’on y pense ! Lorsque le souffle de
vie parviendra aux clavicules ; [27] lorsque l’on réclamera partout un
remède ; [28] lorsque l’agonisant sentira que sa fin est arrivée, [29] et que
ses jambes se crisperont l’une sur l’autre, [30] c’est vers ton Seigneur, ce
jour-là, qu’on le conduira, [31] alors qu’il n’a ni cru ni prié ; [32] mais a
traité la Révélation de mensonge et s’en est détourné, [33] pour s’en aller
vers les siens en se dandinant avec fierté. [34] « Malheur à toi !
Malheur ! » [35] Et encore une fois : « Malheur à toi ! Malheur ! »
[36] L’homme croit-il qu’il sera laissé à l’abandon ? [37] N’a-t-il pas été
une goutte de sperme éjaculée, [38] puis un caillot de sang auquel Dieu
prêta vie, et qu’Il forma avec harmonie, [39] pour en tirer ensuite les deux
éléments d’un couple, l’homme et la femme ? [40] Alors ? Est-ce qu’un
tel Dieu n’aurait pas le pouvoir de ressusciter les morts ?