SOURATE AL MUMTAHANA

60. Sourate de l’Éprouvée (Al-Mumtahana)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô vous qui croyez ! Ne prenez point Mes ennemis et les vôtres pour
alliés ! Vous leur témoignez de l’amitié alors qu’ils ont renié la vérité qui
vous a été révélée, expulsé le Prophète et vous-mêmes pour avoir cru en
Dieu, votre Seigneur. Si vous êtes sortis réellement pour défendre Ma
Cause et rechercher Mon agrément, comment expliquer les marques
d’amitié que vous leur prodiguez secrètement ? Je connais parfaitement
les pensées que vous cachez et celles que vous divulguez. Quiconque
d’entre vous agit de la sorte se fourvoie loin du droit chemin. [2] Mais
eux, si jamais ils réussissent à vous avoir à leur merci, ils ne manqueront
pas de vous traiter en ennemis, de se livrer sur vous à des voies de fait et
de vous accabler d’injures, dans leur vif désir de vous faire abjurer votre
foi.
[3] Ni vos proches parents ni vos enfants ne vous seront d’aucune utilité le
Jour de la Résurrection. Seul Dieu vous départagera, car Il a une claire
vision de toutes vos actions. [4] Certes, vous avez eu un bel exemple en
Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple :
« Nous vous désavouons, vous et les divinités que vous adorez en dehors
de Dieu. Nous vous renions, et désormais l’inimitié et la haine nous
séparent jusqu’à ce que vous croyiez en Dieu Seul », à l’exception
cependant de ce qu’Abraham avait concédé à son père, en lui disant :
« J’implorerai le pardon de Dieu en ta faveur, bien que je ne puisse rien
pour toi auprès du Seigneur. » – « Seigneur ! C’est en Toi que nous
mettons notre confiance ! C’est vers Toi que se fera, en définitive, notre
retour ! [5] Seigneur ! Ne fais pas de nous un sujet de tentation pour les
dénégateurs ! Pardonne-nous, Seigneur, Tu es le Puissant, le Sage ! »
[6] Vous avez eu en ces gens-là Abraham et ses compagnons, un bel
exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier. Quant à
celui qui se détourne de la Voie de Dieu, qu’il sache que Dieu Se suffit à
Lui-même et qu’Il est Digne de louange.
[7] Il se peut qu’un jour Dieu établisse entre vous et ceux d’entre eux qui
étaient vos ennemis une cordiale entente. Dieu est Omnipotent et Il est
Plein de compassion et d’indulgence. [8] Dieu ne vous défend pas d’être
bons et équitables envers ceux qui ne vous attaquent pas à cause de votre
religion et qui ne vous expulsent pas de vos foyers. Dieu aime ceux qui
sont équitables. [9] Mais Il vous interdit toute liaison avec ceux qui vous
combattent à cause de votre religion, qui vous chassent de vos foyers, ou
qui contribuent à le faire. Une telle alliance constituerait une véritable
injustice.
[10] Ô vous qui croyez ! Quand des croyantes se présentent en réfugiées
auprès de vous, mettez leur foi à l’épreuve, bien que Dieu soit le mieux
Informé de la sincérité de leur foi. Si vous êtes convaincus qu’elles sont
de vraies croyantes, ne les renvoyez pas aux infidèles, car, désormais,
elles ne sont plus licites pour eux ni eux licites pour elles. Mais restituez le
montant des dots à leurs anciens maris, et vous pouvez alors vous-mêmes
les épouser, en leur versant leur dot. En revanche, ne restez pas unis à des
femmes non croyantes. Mais exigez d’elles le remboursement de la dot
que vous avez versée en les épousant, de même que les infidèles ont le
droit d’exiger le même remboursement des femmes devenues
musulmanes. Telle est la décision de Dieu, statuant entre vous. Dieu est
Omniscient et Sage.
[11] Si l’une de vos femmes passe du côté des infidèles, et que vous
preniez votre revanche sur ces derniers, remboursez sur le butin, aux maris
que leurs femmes auront abandonnés, le montant des sommes qu’ils ont
dépensées pour les épouser. Craignez Dieu en qui vous croyez !
[12] Prophète ! Si des croyantes se présentent à toi pour te prêter serment
d’allégeance en s’engageant à ne pas donner d’associés à Dieu, à ne pas
voler, à ne pas commettre de fornication ni d’infanticide, à ne pas attribuer
à leurs maris d’enfants illégitimes et à ne pas te désobéir en ce qui est
réputé convenable, alors accepte leur pacte et implore le pardon du
Seigneur en leur faveur, car Dieu est Plein d’indulgence et de miséricorde.
[13] Ô vous qui croyez ! Évitez de vous allier à ceux qui ont encouru la
colère de Dieu et qui désespèrent de la vie future, au même titre que les
infidèles qui désespèrent de voir revenir à la vie ceux qui sont dans les
sépultures.