SOURATE AL MULK

67. Sourate du Pouvoir (Al-Mulk)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Béni soit Celui qui détient le pouvoir suprême et qui est Tout-Puissant,
[2] qui a créé la mort et la vie pour vous éprouver et connaître ceux
d’entre vous qui se conduisent le mieux. C’est Lui le Tout-Puissant, le
Tout-Clément, [3] qui a créé sept Cieux superposés, sans qu’on puisse
déceler dans l’œuvre du Tout-Clément aucune faille. Lève donc les yeux
vers les Cieux ! Y aperçois-tu la moindre lacune ? [4] Lève-les encore par
deux fois ! Ton regard reviendra vers toi, déçu et harassé. [5] Nous avons
orné le ciel le plus proche de luminaires dont Nous faisons des projectiles
pour lapider les démons auxquels Nous avons préparé le supplice de
l’Enfer. [6] C’est le supplice de la Géhenne qui est réservé à tous ceux qui
renient leur Seigneur. Et quelle triste fin sera la leur !
[7] Quand ils y seront précipités, ils entendront les sanglots des damnés au
milieu du bouillonnement de l’Enfer [8] qui peu s’en faut n’explose de
rage. Et chaque fois qu’une nouvelle fournée de damnés y est jetée, les
gardiens leur demanderont : « Quoi ! Personne n’est donc venu vous
avertir ? » [9] – « Mais si, répondront-ils. Nous avons bien eu un
prophète ; seulement nous l’avons traité d’imposteur. Et nous lui avons
dit : “Dieu n’a absolument rien révélé. Vous êtes, toi et tes adeptes, dans
un profond égarement.” [10] Si nous avions écouté, ajouteront-ils, et si
nous avions réfléchi, nous ne serions pas ici avec les hôtes de ce
Brasier ! » [11] Ainsi avoueront-ils leurs péchés. Malheur donc aux hôtes
du Brasier !
[12] Quant à ceux qui craignent leur Seigneur dans Son mystère, ceux-là
obtiendront le pardon de leurs péchés, ainsi qu’une magnifique
récompense,
[13] car peu importe que vous cachiez vos pensées ou que vous les
divulguiez, Dieu saura toujours ce que recèlent les cœurs.
[14] Eh quoi ! Dieu ignorerait-Il ce qu’Il a Lui-même créé, Lui le Subtil,
le si Bien-Informé ? [15] N’est-ce pas Lui qui vous a soumis la Terre ?
Parcourez donc ses grandes étendues et mangez de ce que Dieu vous a
octroyé. C’est vers Lui que se fera votre retour.
[16] Etes-vous sûrs que Celui qui est au Ciel ne vous fera pas engloutir
par la Terre, lorsque celle-ci se mettra à trembler sous vos pieds ?
[17] êtes-vous sûrs que Celui qui est au Ciel ne déchaînera pas contre vous
une tempête de pierres ? Peut-être comprendrez-vous alors le sens de Mes
avertissements !
[18] Les peuples qui les ont devancés avaient, eux aussi, crié au
mensonge. Et quelle ne fut point alors Ma réprobation ! [19] N’ont-ils
jamais observé les oiseaux planer au-dessus de leurs têtes, déployant et
reployant leurs ailes sans rien qui les soutienne, hormis le Miséricordieux
qui veille sur toute chose ? [20] Qui donc en dehors du Miséricordieux
peut vous servir d’armée et vous soutenir ? En vérité, les négateurs nagent
dans l’illusion et le leurre. [21] Qui vous assurerait votre subsistance, si
Dieu venait à la retenir ? Et, cependant, les impies s’obstinent dans leur
arrogance et dans leur haine. [22] Quel est le mieux guidé : est-ce celui
qui va tête baissée ou celui qui marche redressé sur une voie de rectitude ?
[23] Dis : « C’est Dieu qui vous a créés, vous a donné l’ouïe, la vue et
l’intelligence. » Mais vous Lui en êtes rarement reconnaissants !
[24] Dis : « C’est Lui qui vous a répandus sur la Terre, et c’est devant Lui
que vous comparaîtrez un jour. » [25] – « Quand donc se réalisera cette
promesse, si vous êtes sincères ? », demandent les infidèles.
[26] Réponds-leur : « Dieu seul le sait. Ma mission se limite à vous avertir
avec clarté. »
[27] Mais quand les impies seront mis en face du châtiment, leurs visages
seront horrifiés. On leur dira alors : « C’est pourtant ce que vous
réclamiez ! » [28] Dis-leur : « Réfléchissez bien ! Que Dieu me fasse périr
moi et mes Compagnons, ou qu’Il nous fasse miséricorde, qui protégera
alors les négateurs d’un châtiment douloureux ? » [29] Dis-leur encore :
« C’est Lui le Tout-Clément en qui nous croyons et en qui nous plaçons
notre confiance. Vous saurez bientôt qui de nous est dans un égarement
évident. » [30] Dis-leur enfin : « Réfléchissez bien ! Si jamais l’eau que
vous buvez venait à tarir, qui pourrait alors étancher votre soif ? »