SOURATE AL MAIDAH

5. Sourate de la Table (Al-Mâ’ida)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô croyants ! Respectez vos engagements ! Il vous est permis de
consommer la chair des bêtes d’élevage, excepté celle des animaux qui
vous seront énumérés. La chasse vous est interdite lorsque vous êtes en
état de sacralisation. Dieu dicte, en vérité, ce qu’Il veut. [2] Ô vous qui
croyez ! Ne profanez ni les rites de Dieu, ni le mois sacré, ni les offrandes,
ni les guirlandes, ni les pèlerins qui se dirigent vers le Temple sacré en
quête de la grâce et de l’agrément de leur Seigneur. Une fois désacralisés,
il vous sera loisible de vous livrer à la chasse. Que l’aversion que vous
ressentez pour ceux qui vous ont empêchés naguère de vous approcher de
la Mosquée sacrée ne vous pousse pas à commettre des agressions ! Soyez
plutôt solidaires dans la charité et la piété et non dans le péché et
l’agression ! Craignez Dieu, car Dieu est Redoutable quand Il sévit.
[3] Il vous est interdit de consommer la bête morte, le sang, la viande de
porc, celle d’un animal immolé à d’autres divinités qu’à Dieu, la bête
étranglée, assommée, morte d’une chute ou d’un coup de corne, ou celle
qui a été entamée par un carnassier – à moins qu’elle n’ait été égorgée à
temps –, ainsi que celle qui a été immolée sur un autel païen. Il vous est
également interdit de consulter le sort au moyen de flèches divinatoires,
car cela ne peut être que perversité. Désormais, les négateurs ont perdu
tout espoir de vous détourner de votre religion. Ne les craignez plus !
Mais craignez-Moi ! Aujourd’hui, J’ai amené votre religion à son point de
perfection ; Je vous ai accordé Ma grâce tout entière et J’ai agréé l’islam
78
pour vous comme religion ! Celui qui, en période de disette, aura
contrevenu à ce qui précède, par nécessité et non par désir de mal faire,
sera absous, car Dieu est Clément et Miséricordieux.
[4] Ils t’interrogeront sur ce qui leur est permis. Dis-leur : « Tout ce qui
est bon vous est permis. Vous pouvez manger, après avoir invoqué sur lui
le Nom de Dieu, le gibier saisi par les animaux de proie que vous avez
dressés, comme les chiens de chasse, d’après ce que Dieu vous a enseigné.
Craignez Dieu ! Dieu est prompt dans Ses comptes. [5] Toute nourriture
bonne et pure vous est désormais permise. La nourriture de ceux qui ont
reçu les Écritures est aussi licite pour vous, de même que la vôtre l’est
pour eux. Pour ce qui est du mariage, il vous est permis de vous marier
aussi bien avec d’honnêtes musulmanes qu’avec d’honnêtes femmes
appartenant à ceux qui ont reçu les Écritures avant vous, à condition de
leur verser leur dot, de vivre avec elles, en union régulière, loin de toute
luxure et de tout concubinage. Celui qui trahit sa foi perd le fruit de ses
bonnes œuvres et sera du nombre des perdants dans la vie future. »
[6] Ô croyants ! Lorsque vous vous disposez à faire la salât, faites d’abord
vos ablutions en vous lavant le visage et les mains jusqu’aux coudes, en
vous passant les mains mouillées sur la tête et en vous lavant les pieds
jusqu’aux chevilles. Mais si vous êtes en état d’impureté, lavez-vous tout
le corps. Si vous êtes malades ou en voyage, si vous venez de satisfaire
vos besoins naturels, si vous avez eu commerce avec des femmes et que
vous ne trouviez pas d’eau, faites des ablutions symboliques avec de la
terre propre en vous en essuyant le visage et les mains. Dieu n’entend
vous imposer aucune gêne ; Il veut seulement vous purifier et parachever
Ses bienfaits envers vous. Peut-être Lui en serez-vous reconnaissants ?
[7] Rappelez-vous les bienfaits que Dieu vous a accordés ! N’oubliez pas
le pacte qu’Il a conclu avec vous, lorsque vous avez dit : « Nous avons
entendu et nous avons obéi ! » Craignez donc Dieu, car Dieu sait
parfaitement tout ce que recèlent les cœurs.
[8] Ô vous qui croyez ! Soyez fermes dans l’accomplissement de vos
devoirs envers Dieu, et impartiaux quand vous êtes appelés à témoigner !
Que l’aversion que vous ressentez pour certaines personnes ne vous incite
pas à commettre des injustices ! Soyez équitables, vous n’en serez que
plus proches de la piété ! Craignez Dieu ! Dieu est si bien Informé de ce
que vous faites. [9] Dieu a promis à ceux qui croient et accomplissent de
bonnes œuvres Son pardon et une magnifique récompense.
[10] Quant à ceux qui rejettent la foi et traitent Nos signes de mensonges,
ceux-là seront voués au Feu. [11] Ô vous qui croyez ! Souvenez-vous des
bienfaits dont Dieu vous a comblés en détournant la main de ce peuple qui
s’apprêtait à la porter sur vous ! Craignez Dieu, car c’est en Lui que les
croyants doivent mettre leur confiance !
[12] Dieu avait reçu l’engagement des fils d’Israël et suscité douze chefs
parmi eux. « Je suis avec vous, leur dit le Seigneur. Si vous observez la
salât et acquittez la zakât ; si vous croyez en Mes prophètes et leur prêtez
assistance ; si vous consentez un prêt gracieux à Dieu, Je vous pardonnerai
vos mauvaises actions et vous admettrai dans des Jardins sous lesquels
coulent des rivières. Quiconque parmi vous fera par la suite preuve
d’infidélité aura bel et bien perdu le droit chemin. » [13] Mais comme ils
ont par la suite violé leur engagement, Nous les avons maudits et avons
endurci leurs cœurs. Depuis, ils s’emploient à altérer le sens des Écritures,
allant même jusqu’à oublier une partie des avertissements qu’ils avaient
reçus et, à l’exception d’un petit nombre d’entre eux, tu iras de trahison en
trahison de leur part. Mais pardonne-leur et ne leur tiens pas rigueur, car
Dieu aime, en vérité, ceux qui sont bienveillants.
[14] Nous avons accepté également l’engagement de ceux qui se disent
chrétiens. Mais eux aussi ont oublié une partie des avertissements qui leur
avaient été donnés. Aussi avons-Nous suscité entre eux inimitié et haine
jusqu’au Jour de la Résurrection, où Dieu leur fera comprendre le sens de
leurs actions.
[15] Ô gens des Écritures ! Notre Prophète est venu mettre en évidence
pour vous une grande partie des Écritures que vous teniez cachée, tout en
passant sur bien d’autres choses. C’est une lumière émanant de Dieu, qui
est venue vous éclairer ainsi qu’un Livre explicite, [16] par lequel Dieu
met sur les sentiers du salut ceux qui aspirent à Sa grâce et, par Sa
volonté, les arrache des ténèbres vers la lumière et les dirige dans le droit
chemin. [17] Ceux qui disent que Dieu n’est autre que le Christ, fils de
Marie, sont de véritables négateurs. Dis-leur : « Qui donc pourrait
s’opposer à Dieu s’Il voulait anéantir le Messie, fils de Marie, ainsi que sa
mère et tous les êtres qui peuplent la Terre ? » Dieu n’est-Il pas le Maître
des Cieux, de la Terre et de l’espace qui les sépare ? Il crée ce qu’Il veut
et Sa puissance s’étend à tout l’Univers.
[18] Les juifs et les chrétiens affirment : « Nous sommes les fils de Dieu
et Ses favoris ! » Dis-leur : « Pourquoi alors vous punit-Il pour vos
péchés ? En réalité, vous n’êtes que de simples mortels faisant partie de ce
qu’Il a créé. Il pardonne à qui Il veut et Il punit qui Il veut. » Car c’est Lui
le Maître des Cieux, de la Terre et de l’espace interstellaire, et c’est à Lui
que tout fera retour.
[19] Ô vous qui avez reçu les Écritures ! Notre Prophète est venu vous
instruire, après une longue période restée sans prophétie, afin que vous ne
puissiez dire : « Personne n’est venu nous annoncer la bonne nouvelle ni
nous avertir. » Le voici donc cet annonciateur et cet avertisseur parmi
vous ! Dieu a pouvoir sur toute chose !
[20] Souvenez-vous quand Moïse dit à son peuple : « Ô mon peuple !
Soyez reconnaissants des bienfaits de Dieu à votre égard, lorsqu’Il a
choisi parmi vous des prophètes, a fait de vous des rois, et vous a accordé
ce qu’Il n’a accordé à nul autre. [21] Ô mon peuple ! Entrez dans la Terre
sainte que Dieu vous assigne. Évitez surtout de retourner sur vos pas, car
vous seriez les grands perdants ! » [22] – « Ô Moïse, répondirent les
israélites, cette terre est occupée par un peuple redoutable, et nous ne
pourrons nous y risquer que quand ils l’auront évacuée. S’ils en sortent,
nous sommes disposés à y entrer. » [23] Deux hommes d’entre eux qui
craignaient Dieu et qui étaient animés par Sa grâce dirent alors : « Forcez
leur porte et, une fois que vous l’aurez franchie, vous serez les
vainqueurs ! C’est à Dieu que vous devez vous en remettre, si vous êtes
des croyants sincères ! »
[24] – « Ô Moïse, s’écrièrent-ils, jamais nous n’y entrerons tant qu’ils ne
l’auront pas quittée ! Allez-y, toi et ton Dieu, pour les combattre ! Quant à
nous, nous resterons là à attendre ! » [25] – « Seigneur, dit Moïse, je n’ai
de pouvoir que sur moi et mon frère. Éloigne de nous ce peuple
pervers ! » [26] – « Cette terre, dit le Seigneur, leur sera interdite pendant
quarante ans durant lesquels ils seront appelés à errer de par le monde. Ne
te tourmente donc pas pour un peuple aussi pervers ! »
[27] Raconte-leur l’histoire des deux fils d’Adam telle qu’elle s’est
déroulée. Chacun des deux frères avait fait une offrande ; mais celle de
l’un fut acceptée, alors que celle de l’autre ne le fut point. « Je te tuerai »,
dit ce dernier à son frère, qui lui répondit : « Que veux-tu, Dieu n’accepte
que de ceux qui Le craignent ! [28] Et si tu portes la main sur moi pour me
tuer, je n’en ferai pas de même, car je crains trop mon Seigneur, le Maître
de l’Univers, pour commettre un pareil crime ! [29] Je préfère que tu te
charges, seul, de mes péchés et des tiens, et tu seras alors voué à la
Géhenne qui est la juste récompense des criminels. » [30] Mais
n’obéissant qu’à son instinct bestial, Caïn fut entraîné au meurtre de son
frère. Il le tua donc et se trouva de ce fait du nombre des réprouvés.
[31] Dieu envoya alors un corbeau qui se mit à gratter le sol pour lui
indiquer comment inhumer le cadavre de son frère. Alors le meurtrier
s’écria : « Malheur à moi ! Suis-je donc incapable d’imiter ce corbeau et
d’ensevelir la dépouille de mon frère ? » Et, depuis lors, il ne cessa d’être
rongé par d’intenses remords.
[32] Voilà pourquoi Nous avons édicté cette loi aux fils d’Israël :
« Quiconque tue un être humain non convaincu de meurtre ou de sédition
sur la Terre est considéré comme le meurtrier de l’humanité tout entière.
Quiconque sauve la vie d’un seul être humain est considéré comme ayant
sauvé la vie de l’humanité tout entière ! » Malgré les multiples et
irréfutables preuves qui leur furent apportées par Nos prophètes, beaucoup
d’entre eux n’en continuèrent pas moins à commettre des excès sur la
Terre. [33] La seule récompense de ceux qui font la guerre à Dieu et à Son
Prophète, et qui provoquent le désordre sur la Terre, est qu’ils soient mis à
mort, crucifiés ou amputés d’une main et d’un pied par ordre croisé, ou
qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera une dégradation pour eux, dans ce
monde, en plus du terrible châtiment qui les attend dans la vie future,
[34] à l’exception de ceux qui se repentent avant de tomber en votre
pouvoir. Sachez que Dieu est Clément et Miséricordieux.
[35] Ô vous qui croyez ! Craignez Dieu et efforcez-vous de trouver le
moyen de vous rapprocher de Lui ! Déployez vos efforts pour Sa cause,
ainsi vous réussirez ! [36] Les négateurs posséderaient-ils toutes les
richesses de la Terre, voire le double de ces richesses, et les offriraient-ils
pour échapper au châtiment du Jour de la Résurrection que leurs offres ne
seraient pas acceptées. Leur supplice sera atroce,
[37] et tous les efforts qu’ils déploieront pour sortir de l’Enfer seront
vains, car leur supplice y sera éternel.
[38] Au voleur et à la voleuse, coupez la main en punition de leurs
forfaits. Telle est la sanction dissuasive prescrite par Dieu, et Dieu est
Puissant et Sage. [39] Cependant, celui qui se sera repenti une fois son
forfait accompli et se sera amendé, Dieu accueillera son repentir, car Dieu
est Clément et Miséricordieux. [40] Ne sais-tu pas que Dieu est le Maître
des Cieux et de la Terre ? Il punit qui Il veut et pardonne à qui Il veut, car
Sa puissance n’a point de limite.
[41] Ô Prophète ! Ne t’afflige pas à cause de ceux qui courent à l’envi
vers l’infidélité, tant parmi ceux qui proclament du bout des lèvres leur foi
sans que le cœur y soit que parmi les juifs qui, friands de mensonges,
prêtent une oreille complaisante aux discours de ceux qui ne viennent
jamais écouter les tiens, qui s’emploient à altérer le sens des Écritures et
disent aux leurs : « Si on vous propose telle idée, acceptez-la ; sinon,
soyez sur vos gardes ! » En vérité, tu ne pourras rien pour sauver ceux que
Dieu a décidé de mettre dans le désarroi et dont Il ne veut pas purifier les
cœurs. Ceux-là seront couverts d’opprobre dans ce monde et subiront de
terribles tourments dans la vie future.
[42] Ils sont toujours friands de mensonges, toujours avides de gains
illicites. S’ils s’adressent à toi pour arbitrer un différend, libre à toi d’en
juger ou de t’en abstenir. Si tu t’abstiens d’intervenir, ils ne sauront te
nuire en aucune manière ; mais si tu les juges, fais-le en toute équité !
Dieu aime ceux qui sont équitables. [43] D’ailleurs, pourquoi te
soumettraient-ils leurs différends alors qu’ils détiennent la Thora où sont
réunies les sentences du Seigneur, si ce n’est pour récuser ensuite tout
jugement quand il leur est défavorable ? Ces gens-là n’ont rien de
commun avec les croyants.
[44] En vérité, Nous avons révélé la Thora comme guide et comme
lumière. Et c’est sur la base de ce Livre que les prophètes, soumis à la
Volonté de Dieu, ainsi que les rabbins et les grands théologiens, en tant
que gardiens et témoins de cette Écriture, devaient rendre la justice entre
les juifs. Ne redoutez donc pas les hommes, mais redoutez-Moi ! Ne
troquez pas Mes enseignements à vil prix ! Ceux qui ne jugent pas d’après
ce que Dieu a révélé sont de véritables négateurs ! [45] Nous leur avons
prescrit dans la Thora : vie pour vie, œil pour œil, nez pour nez, oreille
pour oreille, dent pour dent. Quant aux blessures, elles tombent sous la loi
du talion. Quiconque renonce par charité à ce droit obtiendra la rémission
de ses péchés. Ceux qui ne jugent pas d’après ce que Dieu a révélé, ceux-
là sont les injustes.
[46] Nous envoyâmes, à leur suite, Jésus, fils de Marie, qui vint confirmer
le contenu de la Thora précédemment révélée. Nous le dotâmes de
l’Évangile qui est à la fois un guide et une lumière corroborant la Thora et
servant en même temps de direction et d’exhortation pour ceux qui
craignent le Seigneur. [47] Que les gens de l’Évangile jugent donc d’après
ce que Dieu y a révélé ! Ceux qui ne se conforment pas, dans leur
jugement, à ce que Dieu a révélé, ceux-là sont des pervers.
[48] À toi aussi Nous avons révélé le Coran, expression de la pure Vérité,
qui est venu confirmer les Écritures antérieures et les préserver de toute
altération. Juge donc entre eux d’après ce que Dieu t’a révélé. Ne suis pas
leurs passions, loin de la Vérité qui t’est parvenue. À chacun de vous
Nous avons tracé un itinéraire et établi une règle de conduite qui lui est
propre. Et si Dieu l’avait voulu, Il aurait fait de vous une seule et même
communauté ; mais Il a voulu vous éprouver pour voir l’usage que chaque
communauté ferait de ce qu’Il lui a donné. Rivalisez donc d’efforts dans
l’accomplissement de bonnes œuvres, car c’est vers Dieu que vous ferez
tous retour, et Il vous éclairera alors sur l’origine de vos disputes.
[49] Juge donc entre eux d’après ce que Dieu t’a révélé, sans rien céder à
leurs passions. Prends garde que leur influence ne t’écarte de certains
commandements qui t’ont été révélés ! S’ils refusent ton jugement, c’est
le signe, sache-le, que Dieu veut leur infliger la sanction de quelques-uns
de leurs crimes, car beaucoup d’hommes sont pervers. [50] Regretteraient-
ils les sentences rendues au temps de la période païenne ? Mais qui donc
est meilleur juge que Dieu pour un peuple qui a foi en Lui ?
[51] Ô vous qui croyez ! Ne prenez pas les juifs et les chrétiens pour
alliés. Ils sont alliés les uns des autres. Quiconque parmi vous les prend
pour alliés sera des leurs. Dieu ne guide pas les traîtres. [52] C’est ainsi
qu’on voit certains individus à la foi chancelante courir après de telles
alliances, en disant : « Nous craignons d’être victimes d’un revirement du
sort ! » Et, cependant, il est certain que Dieu accorde aux croyants la
victoire ou leur ménage une issue favorable, et que ces gens-là soient alors
réduits à regretter les projets qu’ils avaient secrètement nourris. [53] Et les
vrais croyants de s’exclamer, en disant : « Sont-ce bien ceux-là qui
attestaient par Dieu, par les plus graves de leurs serments, qu’ils étaient
avec vous ? » C’est ainsi que toutes leurs bonnes œuvres ont été réduites à
néant et qu’ils se sont retrouvés parmi les perdants.
[54] Ô vous qui croyez ! Si certains d’entre vous renient leur foi, Dieu fera
surgir d’autres hommes qu’Il aimera et qui L’aimeront. Humbles avec les
croyants, durs envers les négateurs, ils combattront au service de Dieu,
sans la crainte d’aucun reproche. Telle est la grâce de Dieu, qu’Il accorde
à qui Il veut, car Dieu est le Détenteur des faveurs et l’Omniscient.
[55] Vous n’avez d’autres alliés que Dieu, Son Prophète et les croyants
qui accomplissent la salât, s’acquittent de la zakât et s’inclinent devant le
Seigneur. [56] Ceux qui prennent pour alliés Dieu, Son Prophète et les
croyants formeront le parti de Dieu, et c’est le parti de Dieu qui est le
gagnant !
[57] Ô vous qui croyez ! Ne prenez vos alliés ni parmi ceux qui ont reçu
l’Écriture avant vous ni parmi les idolâtres qui raillent votre religion et la
tournent en dérision. Craignez Dieu, si vous êtes de vrais croyants.
[58] C’est ainsi que, quand ils entendent votre appel à la salât, ils le
tournent en dérision et en font un sujet de plaisanterie. Et c’est là le signe
de leur extravagance. [59] Dis : « Ô gens des Écriture ! Qu’avez-vous
donc à nous reprocher, sinon de croire en Dieu et à Ses révélations
présentes et passées, alors que la plupart d’entre vous sont pervers ? »
[60] Dis : « Voulez-vous que je vous indique la pire des sanctions auprès
de Dieu ? C’est celle qui est réservée à ceux que Dieu a maudits, à ceux
qui ont encouru Sa colère et dont Il fait des singes et des porcs, et à ceux
qui adorent des idoles ! Voilà ceux qui sont voués au plus misérable des
destins, ceux qui sont les plus éloignés du droit chemin ! » [61] Quand ils
se présentent à vous, ils vous disent : « Nous sommes des croyants. » Mais
c’est en négateurs qu’ils sont entrés, et c’est en négateurs qu’ils sont
sortis ! Dieu est le mieux Informé de ce qu’ils dissimulent. [62] L’on voit
un grand nombre d’entre eux s’empresser de commettre des péchés et des
agressions ; de se repaître de gains illicites. Quel ignoble comportement
que le leur ! [63] Pourquoi leurs rabbins et leurs grands théologiens ne
leur interdisent-ils pas de tenir des propos coupables et de vivre de
spéculations illicites ? Quelle vilaine chose que leur silence ! [64] « La
main de Dieu est entravée », disent les juifs. Entravées soient leurs
propres mains, et maudits soient-ils eux-mêmes pour ce blasphème ! Bien
au contraire, les deux mains de Dieu sont largement ouvertes et Il dispense
Ses dons comme Il l’entend. Mais les révélations que tu reçois de ton
Seigneur ne feront qu’accroître, chez beaucoup d’entre eux, leur esprit de
révolte et leur impiété. Nous avons suscité parmi eux l’inimitié et la haine,
et il en sera ainsi jusqu’au Jour du Jugement dernier. Chaque fois qu’ils
allument le feu de la guerre, Dieu l’éteint aussitôt. Ils s’appliquent à
répandre la corruption sur la Terre, alors que Dieu n’aime pas les
corrupteurs.
[65] Si les gens des Écritures avaient la foi et craignaient Dieu, Nous
aurions pardonné leurs péchés et Nous les aurions admis dans les Jardins
du délice. [66] S’ils observaient la Thora, l’Évangile et les révélations que
leur Seigneur leur a envoyées, ils jouiraient certainement des biens du Ciel
et de ceux de la Terre. Certes, il existe bien parmi eux des gens du juste
milieu, mais il en est tant d’autres dont la conduite est déplorable.
[67] Ô Prophète ! Communique ce que ton Seigneur t’a révélé ! Si tu
négliges de le faire, tu auras failli à ta mission ! Dieu te protégera des
hommes, mais Dieu ne guidera jamais les négateurs. [68] Dis : « Ô gens
des Écritures ! Tant que vous ne vous conformerez pas à la Thora, à
l’Évangile et à ce qui vous a été révélé par le Seigneur, vous
n’accomplirez rien de valable ! » Certes, les révélations que tu as reçues
de ton Seigneur ne feront qu’accroître chez beaucoup d’entre eux l’esprit
de révolte et d’infidélité. Cesse donc de t’inquiéter d’un peuple aussi
pervers.
[69] En vérité, ceux qui ont cru, ainsi que les juifs, les sabéens et les
chrétiens, ceux qui ont cru en Dieu, au Jugement dernier et qui ont fait le
bien, seront préservés de toute crainte et ne seront point affligés.
[70] Nous avons pris acte de l’engagement des fils d’Israël et Nous leur
avons envoyé des prophètes. Mais chaque fois que ces prophètes leur
apportaient des messages qui heurtaient leurs penchants, tantôt ils les
traitaient d’imposteurs, tantôt ils les mettaient à mort.
[71] Et, pensant qu’il n’y aurait aucune sanction contre eux, ils faisaient
les aveugles et les sourds. Puis Dieu accepta leur repentir, mais beaucoup
d’entre eux ne continuèrent pas moins à se montrer aveugles et sourds,
pendant que Dieu observait parfaitement leurs agissements.
[72] Sont de véritables négateurs ceux qui disent : « Dieu, c’est le Messie,
fils de Marie. » Le Messie n’a-t-il pas dit lui-même : « Ô Fils d’Israël !
Adorez Dieu qui est mon Seigneur et le Vôtre. » Quiconque donne des
associés à Dieu, Dieu lui interdira l’entrée du Paradis et lui réservera
l’Enfer pour séjour ; les injustes ne bénéficieront d’aucun secours.
[73] Sont aussi impies ceux qui disent : « Dieu est le troisième d’une
Trinité ! », alors qu’il n’y a de divinité que Dieu l’Unique ! S’ils n’en
finissent pas avec ce blasphème, un châtiment douloureux s’abattra sur les
dénégateurs d’entre eux. [74] Pourquoi donc ne se repentent-ils pas et
n’implorent-ils pas le pardon de Dieu ? Dieu est pourtant Clément et
Miséricordieux.
[75] Le Messie, fils de Marie, n’est qu’un prophète comme tant d’autres
qui l’ont précédé. Sa mère était véridique, et tous les deux se nourrissaient
comme tous les mortels. Voyez avec quel soin Nous leur expliquons Nos
versets ! Et voyez comme ils s’en détournent !
[76] Dis-leur : « Adorerez-vous, en dehors de Dieu, ce qui ne peut ni vous
nuire ni vous être utile, alors que Dieu sait tout et entend tout ? »
[77] Dis-leur : « Ô gens des Écritures ! Ne soyez pas excessifs dans votre
religion au point de vous éloigner de la vérité ! Ne cédez pas aux passions
d’un peuple qui jadis s’est égaré, qui en a égaré bien d’autres à leur suite
et qui a perdu la bonne direction ! » [78] Les renégats parmi les fils
d’Israël ont été maudits par la bouche de David et par celle de Jésus, fils
de Marie, en punition de leur désobéissance et de leurs méfaits, [79] car ils
ne s’interdisaient pas les uns aux autres de commettre des actes blâmables.
Quel détestable comportement ! [80] On voit un grand nombre d’entre eux
s’allier avec des négateurs. Cette mauvaise décision qu’ils ont prise leur a
valu la Colère de Dieu et leur supplice sera éternel. [81] S’ils avaient cru
en Dieu, au Prophète et à ce qui lui a été révélé, ils n’auraient pas pris des
négateurs pour alliés ; mais beaucoup d’entre eux sont pervers.
[82] Tu constateras sûrement que ceux qui nourrissent la haine la plus
violente contre les musulmans sont les juifs et les païens, et que ceux qui
sont les plus disposés à sympathiser avec les musulmans sont les hommes
qui disent : « Nous sommes des chrétiens. » Cela tient à ce que ces
derniers ont parmi eux des prêtres et des moines et à ce qu’ils ne font pas
montre d’orgueil.
[83] Et lorsqu’ils entendent réciter ce qui a été révélé au Prophète, on voit
leurs yeux déborder de larmes tant ils sont saisis par la Vérité du message,
et ils disent : « Seigneur ! Nous croyons ! Inscris-nous au nombre des
témoins ! [84] Pourquoi ne croirions-nous pas en Dieu et à la Vérité qu’Il
nous a envoyée ? Pourquoi n’espérerions-nous pas que notre Seigneur
nous fasse entrer en la compagnie des gens vertueux ? » [85] Dieu leur
accordera en récompense de leur déclaration des Jardins sous lesquels
coulent des ruisseaux, où ils demeureront éternellement. Et c’est là la
récompense de ceux qui font le bien. [86] Quant à ceux qui n’auront pas
cru et qui auront traité Nos signes de mensonges, ceux-là seront voués au
Feu éternel.
[87] Ô vous qui croyez ! Ne vous interdisez pas les bonnes choses que
Dieu a rendues licites pour vous, en évitant cependant tout excès, car Dieu
n’aime pas ceux qui dépassent les limites permises ! [88] Mangez de ce
que Dieu vous a donné de licite et d’agréable ! Craignez Dieu en qui vous
croyez !
[89] Dieu ne vous tiendra pas rigueur des serments que vous aurez prêtés à
la légère, mais seulement de ceux que vous aurez prêtés de propos
délibérés. L’expiation en sera de donner à manger à dix pauvres de ce
dont vous nourrissez habituellement votre famille, ou de les vêtir, ou
d’affranchir un esclave. Celui qui n’en aura pas les moyens accomplira un
jeûne de trois jours. Telle sera l’expiation de vos serments non respectés.
Soyez donc fidèles à vos serments ! C’est ainsi que Dieu vous éclaire par
Ses signes, peut-être saurez-vous Lui en être reconnaissants.
[90] Ô vous qui croyez ! Les boissons alcoolisées, les jeux de hasard, les
bétyles et les flèches divinatoires ne sont autre chose qu’une souillure
diabolique. Fuyez-les ! Vous n’en serez que plus heureux ! [91] Le démon
n’a d’autre but que de semer, par le vin et le jeu de hasard, la haine et la
discorde parmi vous, et de vous éloigner du souvenir de Dieu et de la
salât. Allez-vous enfin renoncer à ces pratiques ? [92] Obéissez donc à
Dieu ! Obéissez au Prophète ! Prenez garde ! Mais si vous vous détournez
du Seigneur, sachez que Notre Prophète n’a d’autre mission que de vous
transmettre clairement le Message. [93] Ceux qui croient et font le bien
n’auront pas à se justifier pour ce qu’ils avaient auparavant consommé de
prohibé, pourvu qu’ils s’en prémunissent désormais, qu’ils soient sincères
dans leur conviction et qu’ils fassent le bien, sans jamais cesser de
craindre le Seigneur, de proclamer leur foi et d’effectuer des œuvres
salutaires. Dieu aime ceux qui effectuent des œuvres charitables.
[94] Ô vous qui croyez ! Pour vous éprouver, Dieu mettra à portée de vos
mains et de vos lances du gibier, afin de connaître celui qui Le craint dans
son for intérieur. Dorénavant, celui qui passera outre cet avertissement
sera voué à un douloureux châtiment. [95] Ô vous qui croyez ! Ne tuez
pas de gibier quand vous êtes en état de sacralisation. Quiconque en tuera
volontairement devra envoyer en offrande à la Ka`ba une tête de bétail
ayant la même valeur que le gibier tué, selon l’estimation de deux
personnes intègres parmi vous. Il peut aussi expier sa faute en nourrissant
un nombre déterminé de pauvres ou en endurant un jeûne équivalent, afin
d’éprouver le tort qu’il aura commis. Dieu pardonne ce qui appartient au
passé ; mais Il punit celui qui récidive, car Dieu est Puissant et Implacable
quand Il sévit.
[96] Il vous est permis de pêcher en mer et de vous nourrir du produit de
votre pêche, que vous soyez à demeure ou en voyage. Mais la chasse vous
est interdite, tant que vous êtes en état de sacralisation. Craignez Dieu vers
qui vous serez un jour ramenés.
[97] Dieu a érigé la Ka`ba en Maison sacrée et en lieu de rassemblement
pour les hommes ; de même qu’Il a institué le mois sacré, les offrandes et
les guirlandes, afin que vous sachiez que Dieu sait tout ce qu’il y a dans
les Cieux et sur la Terre, et que Sa science embrasse toute chose.
[98] Sachez que Dieu est Implacable quand Il sévit et qu’Il est aussi
Clément et Miséricordieux. [99] La mission du Prophète ne consiste qu’à
avertir les hommes. Quant à vos pensées, aussi bien celles que vous
divulguez que celles que vous cherchez à cacher, elles sont toutes connues
de Dieu.
[100] Dis : « Le mauvais et le bon ne pourraient avoir la même valeur,
même si le mauvais te séduit par son exubérance. Craignez donc Dieu,
gens doués d’intelligence, afin d’assurer votre salut ! » [101] Ô vous qui
croyez ! Gardez-vous de poser des questions sur des choses qui, si elles
vous étaient divulguées, vous causeraient du tort, alors que ces mêmes
questions posées lors de la révélation pourront vous être expliquées. Mais
Dieu vous a déjà pardonné de telles indiscrétions, car Il est Plein
d’indulgence et de mansuétude. [102] D’autres peuples avant vous avaient
posé les mêmes questions, puis devinrent de leur fait négateurs.
[103] Dieu n’a jamais prescrit de consacrer aux idoles ni chamelle ayant
donné cinq petits dont le dernier est un mâle, ni une autre qu’on a fait vœu
de laisser en liberté, ni brebis ayant donné naissance cinq fois
consécutives à des jumeaux, ni chameau étalon ayant fécondé dix
chamelles. Ce sont les idolâtres qui forgent de pareils mensonges qu’ils
prêtent à Dieu, car la plupart d’entre eux sont dénués de tout bon sens.
[104] Lorsqu’on leur dit : « Conformez-vous à ce que Dieu a révélé et à
l’avis du Prophète ! », ils rétorquent : « L’exemple de nos ancêtres nous
suffit ! » Quoi ! Et si leurs ancêtres étaient totalement ignorants et vivaient
en plein égarement ?
[105] Ô vous qui croyez ! Vous n’avez à répondre que de vous-mêmes, et
l’erreur d’autrui ne saurait vous nuire si vous êtes dans le droit chemin.
C’est vers Dieu que vous retournerez tous et Il vous mettra alors en face
de vos œuvres. [106] Ô croyants ! Lorsque vous sentirez venir la mort, et
que vous vous disposerez à faire votre testament, faites appel à deux
témoins honorables, choisis parmi les vôtres ou parmi des étrangers, si
vous êtes en voyage et que vous sentez l’approche de la mort. Retenez ces
témoins après la prière, et si vous avez des doutes à leur sujet, faites-leur
prêter ce serment : « Nous jurons de ne vendre à aucun prix notre
témoignage, fût-ce à un proche parent, et de ne pas dissimuler le
témoignage de Dieu, sans quoi nous serions des criminels ! » [107] Et si
l’on découvre que ces deux témoins sont de mauvaise foi, deux autres
témoins plus intègres, choisis parmi les victimes du parjure, leur seront
substitués et devront prêter serment devant Dieu en ces termes : « Nous
jurons que notre témoignage sera plus sincère que celui des deux premiers
témoins et que nous ne dirons que la vérité, sous peine d’être du nombre
des injustes ! » [108] Par cette disposition, il sera facile d’obtenir d’eux un
témoignage sincère ou de leur faire craindre de voir d’autres serments se
substituer aux leurs. Craignez donc Dieu et soyez attentifs à Ses
prescriptions, car Dieu ne guide point les pervers !
[109] Le jour où Dieu rassemblera les prophètes et leur demandera : « Que
vous a-t-on répondu ? », ils diront : « Nous n’en savons rien ! Toi seul
connais parfaitement les mystères. » [110] « Ô Jésus, fils de Marie, dira le
Seigneur, rappelle-toi les bienfaits dont Je vous ai comblés, toi et ta mère
quand, t’ayant soutenu par le Saint-Esprit, tu parlais aux gens, dans ton
berceau, comme lorsque tu devins adulte ; quand Je t’ai appris le Livre, la
Sagesse, le Pentateuque et l’Évangile ; quand Je t’ai permis de former de
l’argile un corps d’oiseau qui devenait vivant dès que tu soufflais dedans ;
quand Je t’ai permis de guérir l’aveugle-né et le lépreux ; quand Je t’ai
permis de ressusciter les morts et quand Je t’ai défendu contre les fils
d’Israël à qui tu apportas des signes évidents, pendant que les négateurs
d’entre eux s’écriaient : “Tout cela n’est que pure magie !” [111] Et
lorsque J’ai révélé aux Apôtres : “Croyez en Moi et en Mon Envoyé !”, ils
répondirent : “Nous y croyons, et Tu es Témoin que nous sommes
entièrement soumis.”« [112] « Ô Jésus, fils de Marie ! dirent les Apôtres.
Ton Seigneur peut-Il faire descendre pour nous, du Ciel, une table toute
servie ? » – « Craignez Dieu, leur répondit Jésus, si vous êtes des croyants
sincères ! » [113] – « Nous voulons, dirent-ils, manger à cette table, en
avoir le cœur net, nous assurer que ce que tu nous dis est bien la vérité et
que nous puissions en témoigner nous-mêmes. »
[114] Alors Jésus, fils de Marie, adressa à Dieu cette prière : « Seigneur,
Dieu ! Fais descendre sur nous une table servie du Ciel ! Qu’elle soit un
festin pour nous, du premier jusqu’au dernier, et un signe de Ta part !
Donne-nous de Tes biens, car Tu es le Meilleur des donateurs ! » [115] Le
Seigneur dit alors : « Je vous la ferai descendre. Mais quiconque d’entre
vous Me reniera ensuite, Je le soumettrai à un supplice auquel Je n’ai
jamais soumis encore personne dans l’Univers ! » [116] Et lorsque Dieu
dit à Jésus : « Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux hommes :
“Prenez-nous, ma mère et moi, pour divinités en dehors de Dieu” ? » –
« Gloire à Toi !, dit Jésus, il ne m’appartient pas de dire ce qui n’est pas
une vérité pour moi. Si je l’avais dit, ne l’aurais-Tu pas su ? Car Tu
connais le fond de ma pensée, et je ne connais rien de la Tienne. En vérité,
les mystères n’ont point de secret pour Toi. [117] Je ne leur ai dit que ce
que Tu m’as ordonné de leur dire, à savoir : “Adorez Dieu, mon Seigneur
et le vôtre !” Et je fus témoin contre eux, aussi longtemps que je vécus
parmi eux. Mais depuis que Tu m’as rappelé à Toi, c’est Toi qui les
observes, car Tu es le Témoin de toute chose. [118] Si Tu les châties, Tu
en as le droit, car ce sont Tes créatures. Et si Tu leur pardonnes, Tu es, en
vérité, le Puissant, le Sage ! » [119] Dieu dit alors : « Voici venu le jour
où les sincères tireront profit de leur sincérité et auront pour séjour éternel
des Jardins sous lesquels coulent des ruisseaux. » Dieu les comblera de Sa
grâce et ils seront pleins d’amour pour leur Seigneur. Et leur bonheur sera
sans limites, [120] car à Dieu appartient le Royaume des Cieux, de la
Terre et de tout ce qu’ils contiennent ! Dieu a pouvoir sur toute chose