SOURATE AL KAHF

18. Sourate de la Caverne (Al-Kahf)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Louange à Dieu qui a révélé à Son Serviteur le Coran, sans y
introduire le moindre détour, [2] faisant de lui un Livre d’une parfaite
droiture, afin de mettre les hommes en garde contre Ses terribles rigueurs
et d’annoncer aux croyants qui font le bien une belle récompense [3] dont
ils auront une jouissance éternelle ; [4] et afin aussi d’avertir ceux qui
prêtent à Dieu une progéniture,
[5] alors qu’ils n’en ont aucune preuve, pas plus que n’en avaient leurs
pères. Quel monstrueux blasphème et quel horrible mensonge ! [6] Tu vas
peut-être te consumer de chagrin parce qu’ils se détournent de toi et
refusent de croire à ce message !
[7] En vérité, Nous avons fait de ce qui existe sur la Terre une parure pour
elle, afin de mettre à l’épreuve les hommes et reconnaître ceux d’entre eux
qui effectuent les œuvres les plus salutaires. [8] Puis Nous transformerons
tout ce décor en sol aride et en poussière.
[9] Vas-tu penser que les hommes de la caverne, dont l’histoire est gravée
sur l’épitaphe, constituent un de Nos signes les plus étonnants ?
[10] Lorsque ces jeunes gens se réfugièrent dans cette caverne, ils firent
cette prière : « Seigneur ! Assiste-nous par un effet de Ta grâce et fais que
notre conduite soit conforme à la rectitude ! » [11] Nous les plongeâmes
alors dans un profond sommeil, dans la caverne, de longues années durant.
[12] Puis Nous les réveillâmes pour savoir lequel des deux partis saurait
évaluer le mieux la durée exacte de leur séjour.
[13] Nous allons te raconter leur récit en toute vérité. C’étaient des jeunes
gens qui croyaient en leur Seigneur et que Nous avions fortifiés dans la
bonne voie. [14] Nous avions raffermi leurs cœurs lorsqu’ils s’étaient
levés pour proclamer : « Notre Dieu est le Seigneur des Cieux et de la
Terre ! Jamais nous n’invoquerons une autre divinité que Lui, sans quoi
nous commettrions la pire des iniquités ! [15] Ces gens-là, qui sont des
nôtres, ont adopté des divinités en dehors de Dieu. Si seulement ils
pouvaient justifier ce culte par une preuve évidente ! Qui donc est plus
injuste que celui qui invente des mensonges contre Dieu ? »
[16] « Maintenant, se dirent-ils, que vous les avez fuis, eux et ce qu’ils
adorent en dehors de Dieu, réfugiez-vous dans la caverne. Dieu étendra
sur vous les effets de Sa miséricorde et apportera une amélioration à votre
sort. »
[17] Tu aurais vu alors le soleil à son lever obliquer à droite de leur
caverne, et passer à gauche au moment de se coucher, tandis qu’ils
dormaient dans un endroit spacieux de la caverne. C’est là un des signes
de la puissance de Dieu. Seul celui que Dieu dirige est dans la bonne
voie ; mais celui qu’Il égare, tu ne trouveras personne pour le protéger ni
le guider. [18] Et à les voir, tu aurais cru qu’ils étaient éveillés alors qu’en
réalité ils dormaient. Nous les retournions tantôt à droite, tantôt à gauche,
pendant que leur chien était couché à l’entrée, les pattes allongées. Si tu
les avais vus dans cet état, tu aurais certainement pris la fuite, le cœur
rempli de crainte.
[19] Nous les avons ensuite réveillés pour leur permettre de s’interroger
mutuellement. C’est ainsi que l’un d’eux demanda : « Combien de temps
sommes-nous restés ici ? » – « Peut-être un jour ou même moins encore »,
répondirent d’autres. Puis ils reprirent : « Dieu le sait mieux que nous.
Envoyez plutôt l’un de vous à la ville avec l’argent que voici, pour qu’il
cherche l’aliment le plus pur et qu’il vous en apporte de quoi vous nourrir.
Qu’il agisse avec tact pour ne révéler à personne votre retraite, [20] car
s’ils vous découvraient, ils vous lapideraient ou vous ramèneraient à leur
culte, et vous ne parviendriez alors plus jamais à la félicité. »
[21] C’est ainsi que Nous avons fait connaître leur retraite pour bien
montrer aux habitants de la cité que les promesses de Dieu
s’accomplissent toujours et que la résurrection ne fait pas l’ombre d’un
doute. Une dispute s’engagea alors à leur sujet, entre les gens de la cité.
« Murons-les sous une maçonnerie, de manière que seul leur Seigneur soit
au courant de leur mystère », dirent quelques-uns. Mais ceux dont l’avis
l’emporta furent ceux qui dirent : « Élevons au-dessus d’eux un
sanctuaire ! » [22] On disputera aussi sur leur nombre. « Ils étaient trois,
leur chien étant le quatrième », diront les uns. « Ils étaient cinq, et leur
chien le sixième », diront d’autres en conjecturant sur leur mystère. « Ils
étaient sept, et leur chien le huitième », affirmeront d’autres encore. Dis-
leur : « Mon Seigneur est le mieux Informé de leur nombre, mais il n’en
est que peu qui le savent. » Ne pousse pas trop loin la discussion à leur
sujet et ne prends l’avis de personne à cet égard.
[23] Ne dis jamais à propos d’une chose : « Certes, je ferai cela demain »,
[24] sans ajouter : « Si Dieu le veut ! » Invoque Ton Seigneur, s’il t’arrive
d’oublier, et dis : « Plaise à mon Seigneur de me guider vers le chemin de
la rectitude ! »
[25] Or, ils demeurèrent dans leur caverne trois cents ans, auxquels s’en
ajoutèrent neuf. [26] Dis : « Dieu est le mieux Informé du temps qu’ils y
ont passé, car Il détient le mystère des Cieux et de la Terre. Et nul
n’entend ni ne voit mieux que Lui ! Les hommes n’ont point d’autre
protecteur que Lui, car Il n’associe personne à Son autorité. » [27] Récite
ce qui t’a été révélé du Livre de ton Seigneur, dont nul ne saurait altérer
les paroles et en dehors de qui tu ne saurais trouver de refuge.
[28] Fais preuve de patience en compagnie de ceux qui invoquent leur
Seigneur, matin et soir, recherchant Sa satisfaction ! Ne les quitte pas pour
courir après les plaisirs de ce monde ! N’obéis pas à celui dont Nous
avons rendu le cœur inattentif à Notre rappel, qui suit ses passions et se
complaît dans ses excès ! [29] Dis : « La Vérité émane de votre Seigneur.
Croira qui voudra et niera qui voudra ! » Nous avons préparé pour les
injustes un Feu dont les flammes les cerneront de toutes parts. S’ils
demandent à boire, on leur servira un liquide bouillant, semblable à un
métal en fusion qui leur brûlera le visage. Quel détestable breuvage et quel
lugubre séjour ! [30] Ceux qui auront cru et qui auront accompli des
œuvres pies sauront que Nous ne laissons jamais perdre la récompense de
celui qui fait le bien. [31] À ceux-là sont réservés les jardins d’Éden, où
coulent des ruisseaux et où ils seront parés de bracelets d’or, vêtus
d’habits verts de soie et de brocard, et accoudés sur des divans. Quelle
belle récompense et quel magnifique séjour !
[32] Propose-leur la parabole de deux hommes. À l’un d’eux Nous avons
donné deux jardins plantés de vignes que Nous avons entourés de palmiers
et séparés par des champs ensemencés. [33] Les deux jardins produisaient
de bonnes récoltes, sans la moindre défaillance, d’autant plus que Nous
avions fait surgir un ruisseau entre eux. [34] Il récolta donc ses fruits et
dit, au cours d’une conversation à son compagnon : « Je suis plus riche
que toi et plus puissant aussi grâce à mon clan. »
[35] Il entra dans son jardin et se fit tort à lui-même en disant : « Je ne
pense pas que ce jardin puisse jamais dépérir ; [36] et je ne crois pas que
l’Heure du Jugement dernier puisse sonner un jour. Et si, ma foi, je dois
retourner à mon Seigneur, j’aurai certainement un sort bien meilleur ! »
[37] Son compagnon qui conversait avec lui répliqua : « Aurais-tu renié
Celui qui t’a créé de poussière, puis de sperme et qui, ensuite, t’a donné ta
forme humaine ? [38] Pour moi, c’est Dieu qui est mon Seigneur auquel je
n’associe personne. [39] Que n’as-tu dit en entrant dans ton jardin : “Telle
est la volonté de Dieu ! Il n’y a de puissance qu’en Dieu !” Et si tu vois
que je suis moins pourvu que toi en biens et en enfants, [40] il se peut que
mon Seigneur me donne quelque chose de meilleur que ton jardin et qu’Il
envoie sur ce dernier une calamité du ciel, qui le réduise en terrain stérile ;
[41] ou que l’eau qui l’arrose tarisse sans que tu puisses jamais la
retrouver. »
[42] Or, sa récolte fut détruite et il ne lui restait plus qu’à se tordre les
mains de regret, en pensant à toutes les dépenses qu’il avait effectuées et
en se lamentant sur ses treilles complètement ravagées. « Plût à Dieu,
gémissait-il, que je n’eusse jamais donné d’associés à mon Seigneur ! »
[43] Et il ne trouva aucun parti pour le secourir contre Dieu, pas plus qu’il
ne put se secourir lui-même, [44] car, en pareil cas, la souveraine
protection n’appartient qu’à Dieu qui est la Vérité suprême, et qui accorde
la meilleure récompense et assure la fin la plus heureuse.
[45] Propose-leur encore la parabole de la vie en ce bas monde. Elle est
semblable à cette eau que Nous faisons descendre du ciel, et dont les
plantes s’imprègnent un instant pour se transformer ensuite en chaume à la
merci des vents, car la puissance de Dieu n’a point de limite.
[46] Richesses et enfants ne sont que la parure de la vie de ce monde,
tandis que les bonnes œuvres qui perdurent ont auprès de ton Seigneur une
meilleure récompense et suscitent dans le cœur des fidèles une belle
espérance.
[47] Le jour où Nous mettrons les montagnes en mouvement et où la terre
sera tout aplanie, Nous rassemblerons les hommes sans en omettre aucun.
[48] Et ils seront présentés en rangs devant ton Seigneur qui leur dira :
« Vous voilà revenus à Nous tels que Nous vous avons créés pour la
première fois ! Pourtant vous prétendiez que jamais ce rendez-vous
n’aurait lieu ! » [49] Et quand le registre sera déposé, tu verras alors les
coupables saisis de frayeur par son libellé. « Malheur à nous !, s’écrieront-
ils. Qu’a donc ce registre à n’omettre ni péché véniel ni péché capital sans
les porter à notre compte ? » Et c’est ainsi qu’ils se retrouveront en
présence de toutes leurs œuvres, car ton Seigneur ne fait jamais de tort à
personne.
[50] Rappelle-toi lorsque Nous avons dit aux anges : « Prosternez-vous
devant Adam ! » Ils se sont tous prosternés à l’exception de Satan, qui
était du nombre des djinns et qui refusa d’obéir à l’ordre de son Seigneur.
Allez-vous le prendre, ainsi que sa descendance, pour maître en dehors de
Moi, alors qu’ils sont vos ennemis mortels ? Quel détestable échange pour
les pervers !
[51] Je ne les ai pas pris pour témoins lors de la création des Cieux et de la
Terre ni lors de leur propre création, car Je n’ai jamais fait appel au
concours des corrupteurs ! [52] Un jour, Dieu dira aux infidèles :
« Appelez à votre secours ceux que vous prétendiez être Mes associés ! »
Et ils les invoqueront, mais ils ne recevront d’eux aucune réponse, car
entre les uns et les autres Nous aurons ouvert un abîme. [53] Et en voyant
le Feu, les négateurs auront la certitude qu’ils y seront précipités sans
trouver aucun moyen d’y échapper.
[54] Nous avons proposé dans ce Coran toutes sortes d’exemples à
l’intention des hommes, mais la controverse reste leur passion dominante.
[55] Qu’est-ce donc qui les empêche de croire, alors que la bonne voie
leur est tracée, et de demander pardon à leur Seigneur ? Attendent-ils de
subir le sort de leurs aînés ou que le châtiment vienne les frapper de plein
fouet ?
[56] Nous n’envoyons les prophètes que pour annoncer la bonne nouvelle
et avertir, pendant que les négateurs s’emploient à combattre la Vérité
avec de faux arguments et à tourner en dérision Nos signes et Nos
avertissements. [57] Qui est plus injuste que celui qui tourne le dos aux
signes de son Seigneur, quand ils lui sont rappelés, et qui va même jusqu’à
oublier ses propres péchés ? Nous avons placé des voiles épais sur leurs
cœurs pour les empêcher de comprendre, et Nous les avons rendus durs
d’oreille, si bien que tu auras beau les appeler à la bonne voie, jamais ils
ne sauront se guider. [58] Et si ton Seigneur, l’Indulgent, le Clément,
voulait les punir selon leurs œuvres, Il hâterait certainement leur
châtiment. Mais un rendez-vous, pour cela, leur a été fixé et ils ne
trouveront aucun moyen pour s’y soustraire.
[59] Rappelle-toi ces cités que Nous avons anéanties en raison de leurs
iniquités, après avoir fixé le moment de leur destruction !
[60] Rappelle-toi quand Moïse dit à son valet : « Je ne cesserai de marcher
que lorsque j’aurai atteint le confluent des deux mers, dussé-je y mettre
des années ! » [61] Mais lorsqu’ils eurent atteint le confluent, ils
oublièrent leur poisson qui retrouva librement son chemin vers la mer.
[62] Et lorsqu’ils eurent dépassé cet endroit, Moïse dit à son valet :
« Apporte-nous notre repas, cette étape nous a durement éprouvés. »
[63] – « Te souviens-tu, lui dit le valet, lorsque nous nous sommes abrités
près du rocher ? Eh bien, c’est là où je n’ai plus prêté attention au poisson,
et c’est certainement le démon qui m’a empêché de m’en rappeler. C’est
alors que le poisson a repris miraculeusement son chemin vers la mer ! »
[64] – « Eh bien ! C’est justement ce que nous cherchions ! », repartit
Moïse. Et ils retournèrent sur leurs pas.
[65] Ils rencontrèrent un de Nos serviteurs qui avait été touché par Notre
grâce et à qui Nous avions enseigné une science émanant de Notre part.
[66] Moïse lui dit : « Puis-je te suivre pour que tu m’enseignes un peu de
la sagesse à laquelle tu as été initié ? » [67] – « Tu n’aurais jamais assez
de patience, répondit l’inconnu, pour rester en ma compagnie, [68] car
comment pourrais-tu assister, sans manifester ta curiosité, à des choses
dont tu ne saisiras pas le sens ? » [69] Moïse lui répondit : « Tu trouveras,
s’il plaît à Dieu, en moi un homme toujours patient, et je ne te désobéirai
point. » [70] – « Eh bien, dit le personnage, si tu me suis, ne m’interroge
sur rien ! Attends que je t’en parle le premier ! »
[71] Ils partirent donc ensemble et montèrent à bord d’un navire, sur le
flanc duquel l’inconnu s’empressa de pratiquer une brèche. « Pourquoi,
s’écria Moïse, y as-tu pratiqué cette brèche ? Est-ce pour en noyer les
passagers ? En vérité, c’est un acte abominable que tu viens de
commettre ! » [72] – « Ne t’avais-je pas dit, rétorqua l’inconnu, que tu
n’aurais jamais assez de patience pour rester avec moi ? » [73] – « Ne me
blâme pas trop, reprit Moïse, pour mon oubli et ne me soumets pas à une
trop dure épreuve ! » [74] Puis ils reprirent ensemble leur route et firent la
rencontre d’un jeune homme que l’inconnu ne tarda pas à mettre à mort.
« Quoi ?, s’indigna Moïse. N’as-tu pas tué là un être innocent qui, lui, n’a
tué personne ? Ne viens-tu pas de commettre une chose affreuse ? »
[75] – « Ne t’avais-je pas averti, dit l’étranger, que tu n’aurais pas assez
de patience pour supporter ma compagnie ? » [76] – « Si je te questionne
encore sur quoi que ce soit, dit Moïse, tu auras le droit de me priver de ta
compagnie. Tu n’as été, en vérité, que trop patient avec moi ! » [77] Puis
ils se remirent en route et, arrivés près d’une cité, ils demandèrent
l’hospitalité aux habitants qui la leur refusèrent. Après quoi, ils aperçurent
un mur qui menaçait de s’écrouler. L’inconnu s’empressa alors de le
redresser. « Tu pourrais, lui dit Moïse, si tu le voulais, réclamer un salaire
pour ce travail ? » [78] – « Voilà le moment venu de notre séparation,
repartit l’étrange personnage. Je vais cependant t’éclairer sur la
signification des choses que tu as été impatient de savoir. [79] Pour ce qui
est de la barque, elle appartenait à de pauvres gens qui travaillaient en
mer. J’ai voulu lui donner l’apparence d’être défectueuse, parce que
derrière eux il y avait un roi qui s’emparait de toute embarcation et
l’usurpait. [80] Quant au jeune homme, il avait pour père et mère deux
bons croyants. Nous eûmes peur qu’il ne les entraînât dans sa rébellion et
son impiété, [81] et nous voulûmes que leur Seigneur leur donnât à sa
place un fils plus vertueux et plus affectueux. [82] Pour ce qui est du mur,
il appartenait à deux orphelins de la ville, et il recelait à sa base un trésor
qui leur revenait. Comme leur père était un homme vertueux, le Seigneur,
dans Sa bonté, a voulu qu’ils ne pussent le déterrer qu’à leur majorité. Je
n’ai donc rien fait de mon propre chef. Voilà toute l’explication que tu
n’as pas eu la patience d’attendre ! »
[83] À ceux qui t’interrogent au sujet de Dhû-l-Qarnayn, réponds : « Je
vais vous en narrer quelques faits mémorables qui méritent d’être
rappelés. »
[84] Nous avons consolidé sa puissance sur Terre et Nous l’avons favorisé
dans tous ses projets. [85] Et aussitôt il entreprit une première expédition
qui dura [86] jusqu’à ce qu’il eût atteint le point le plus extrême de
l’Occident. Là, il vit que le soleil se couchait sur une source bouillante aux
bords de laquelle vivait une peuplade. Nous lui dîmes : « Ô Dhû-l-
Qarnayn ! Libre à toi de les châtier ou de les traiter avec bienveillance ! »
[87] – « Celui qui est injuste, dit-il, nous le châtierons. Après quoi, il sera
ramené à son Seigneur qui lui infligera un châtiment des plus sévères.
[88] Quant à celui qui croit et pratique le bien, une très belle récompense
lui est réservée et nous ne lui donnerons que des ordres faciles à
exécuter. »
[89] Puis il suivit une autre voie, [90] jusqu’à ce qu’il eût atteint le point
le plus extrême de l’Orient. Là, il vit que le soleil se levait sur une
peuplade à laquelle Nous n’avions donné aucun abri pour s’en protéger.
[91] Et il en fut ainsi. Nous embrassions de Notre science tous les moyens
dont il disposait.
[92] Puis il suivit un autre itinéraire, [93] jusqu’à ce qu’il eût atteint une
gorge formée par deux chaînes de montagnes, en deçà de laquelle il
découvrit une peuplade qui comprenait à peine le langage humain.
[94] Cette peuplade lui dit : « Ô Dhû-l-Qarnayn ! Les Yâjûj et les Mâjûj
dévastent notre territoire. Acceptes-tu, contre tribut, de construire une
digue entre eux et nous ? » [95] – « La puissance que Dieu m’a conférée
est bien meilleure que ce que vous me proposez, dit-il. Aidez-moi de
toutes vos forces et je construirai un remblai entre eux et vous.
[96] Apportez-moi des blocs de fer. » Puis, quand il en eut comblé
l’espace compris entre les deux monts, il ajouta : « Soufflez ! » Et quand
le métal fut fondu, il ordonna : « Versez maintenant, par-dessus, de
l’airain en fusion. » [97] Depuis lors, les Yâjûj et les Mâjûj ne purent plus
ni escalader l’obstacle ni le transpercer.
[98] « Cet obstacle, dit-il, est une miséricorde émanant de mon Seigneur.
Mais, quand Dieu accomplira Sa promesse, Il le réduira en poussière, car
la promesse de Dieu est infaillible. »
[99] Ce jour-là, Nous laisserons les hommes déferler les uns sur les autres.
Puis la Trompette sonnera et ils seront tous rassemblés. [100] Et ce jour-
là, la Géhenne, dans toute son horreur, sera présentée aux négateurs,
[101] dont les yeux demeuraient voilés pour ne pas voir Mes signes et
dont les oreilles refusaient d’entendre Mes avertissements. [102] Les
incrédules s’imaginent-ils donc pouvoir prendre Mes serviteurs pour
maîtres en dehors de Moi ? Nous réservons aux incrédules la Géhenne
pour séjour.
[103] Dis : « Voulez-vous que nous vous fassions connaître ceux dont les
œuvres sont les plus vouées à l’échec ; [104] ceux dont les efforts, dans
cette vie, s’en vont en pure perte, et qui croient cependant bien agir ? »
[105] Ce sont ceux qui nient les signes de leur Seigneur ainsi que leur
comparution devant Lui. Les œuvres de ces gens-là n’auront aucune
valeur et ne pèseront pas lourd dans la vie future. [106] Et c’est l’Enfer
qui sera leur rétribution, pour avoir rejeté la foi et tourné en dérision Mes
signes et Mes prophètes ; [107] tandis que ceux qui croient et font des
œuvres pies auront, pour séjour, les jardins du Paradis, [108] où ils
demeureront éternellement, sans jamais désirer aucun changement.
[109] Dis : « Si la mer se changeait en encre pour transcrire les paroles de
mon Seigneur, la mer serait assurément tarie avant que ne soient épuisées
les paroles divines, dussions-nous y ajouter une quantité d’encre égale à la
première. »
[110] Dis : « Je ne suis qu’un être humain comme vous. Il m’a été révélé
que votre Dieu est un Dieu Unique. Que celui qui espère donc rencontrer
son Seigneur accomplisse de bonnes actions et Lui voue son adoration
sans jamais Lui associer personne ! »