SOURATE AL HAQQAH

69. Sourate de l’Inéluctable (Al- Hâqqa)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] C’est l’Inéluctable ! [2] Qu’est-ce donc que l’Inéluctable ? [3] Et qui te
donnera une idée de l’Inéluctable ? [4] Le peuple de Thamûd et celui de
`Âd avaient qualifié le cataclysme de mensonge. [5] Les Thamûd furent
anéantis par un grondement terrifiant [6] et les `Âd, exterminés par un
ouragan mugissant, [7] que Dieu déchaîna contre eux, pendant sept nuits
et huit jours consécutifs, au point qu’à voir leurs cadavres gisant par terre,
on les prendrait pour des souches de palmiers évidés. [8] En aperçois-tu
encore la moindre trace ?
[9] C’est le cas aussi de Pharaon, des peuples qui ont vécu avant lui et des
cités ensevelies qui avaient également commis des péchés [10] et désobéi
au messager de leur Seigneur. Aussi furent-ils balayés avec une force
irrésistible.
[11] En vérité, c’est Nous qui, lorsque les eaux débordèrent, vous avons
chargés sur l’arche, [12] afin d’en faire pour vous un rappel à conserver
par toute oreille attentive.
[13] Puis, lorsqu’il sera soufflé une seule fois dans la Trompette [14] et
que la Terre et les montagnes, broyées, voleront en éclats, [15] ce jour-là,
l’Inéluctable se produira [16] et le Ciel, lézardé et sans consistance, se
fendra. [17] Et pendant que les anges se tiendront sur les bords du Ciel,
huit d’entre eux porteront sur leurs épaules le Trône de ton Seigneur.
[18] Ce jour-là, vous comparaîtrez sans fard, et aucun de vos secrets ne
restera caché.
[19] Et c’est alors que celui à qui on remettra le bilan de ses œuvres dans
la main droite dira : « Regardez ! Lisez mon bilan ! [20] J’étais sûr d’y
trouver mon compte ! » [21] À celui-là une existence heureuse sera
assurée, [22] dans un Jardin haut placé [23] et aux fruits à sa portée.
[24] « Mangez et buvez en paix, pour prix de ce que vous aviez accompli
dans le passé ! »
[25] Tandis que celui à qui on remettra son bilan dans la main gauche
s’écriera : « Plût à Dieu qu’on ne m’ait pas remis mon bilan ! [26] Et que
je n’eusse jamais connu mon compte ! [27] Plût à Dieu que ma mort fût
définitive ! [28] À quoi donc m’ont servi toutes mes richesses ? [29] Et
mon pouvoir s’est-il donc à jamais évanoui ? » [30] – « Attrapez-le !, sera-
t-il ordonné. Ligotez-le ! [31] Et dans la Fournaise jetez-le ! [32] Puis à
une chaîne de soixante-dix coudées, enroulez-le ! [33] Car il ne croyait
pas en Dieu, le Sublime, [34] et n’incitait pas ses semblables à nourrir le
pauvre !
[35] Il n’a donc nul ami, ici, pour l’assister, [36] ni d’autre repas que le
pus des réprouvés, [37] qui constitue la nourriture habituelle des
damnés. »
[38] J’en jure par ce que vous voyez [39] et par ce que vous ne pouvez
voir [40] que c’est bien là la parole d’un noble Messager, [41] et non point
le propos d’un poète, pour peu que vous croyiez, [42] ni d’un vulgaire
devin, pour peu que vous réfléchissiez ! [43] Ce Coran est, en effet, une
révélation émanant du Maître de l’Univers. [44] Et si le Prophète Nous
avait attribué de faux propos, [45] Nous l’aurions saisi de la main droite
[46] et Nous lui aurions tranché l’aorte, [47] et nul d’entre vous n’aurait
pu s’y opposer.
[48] En vérité, ce Livre est un rappel pour ceux qui craignent le Seigneur.
[49] Mais Nous savons qu’il en est parmi vous qui le traitent d’imposture.
[50] Aussi constituera-t-il toujours pour les négateurs une véritable
torture ! [51] Car il est l’expression de la Vérité dans toute sa certitude.
[52] Glorifie donc le Nom de ton Seigneur, dans toute Sa majesté et Sa
grandeur !