SOURATE AL FURQAN

25. Sourate du Discernement (Al-Furqân)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Béni soit Celui qui a révélé graduellement le Livre du discernement à
Son serviteur, pour qu’il avertisse l’Univers ! [2] Béni soit Celui qui
détient le Royaume des Cieux et de la Terre, qui ne S’est donné aucune
progéniture, qui n’a pris aucun associé dans Son Royaume et qui a créé
toute chose avec mesure !
[3] Cependant, certains Lui ont préféré d’autres divinités qui ne peuvent
rien créer, étant elles-mêmes créées, qui sont incapables de faire du mal
ou du bien, qui ne disposent d’aucun pouvoir de donner la vie ou de la
retirer, et encore moins de ressusciter les morts.
[4] « Ce Coran, disent les négateurs, n’est qu’une imposture qu’il a forgée
avec l’aide d’un groupe d’individus. » Mais, en disant cela, ils commettent
une grave injustice et un affreux mensonge. [5] « Ce ne sont que de vieux
contes recueillis par lui, ajoutent-ils, et qu’on lui dicte matin et soir. »
[6] Réponds-leur : « Ce Coran est révélé par Celui qui détient les mystères
des Cieux et de la Terre et qui est Clément et Miséricordieux. »
[7] Ils disent encore : « Qu’est-ce donc que ce Prophète qui se nourrit et
circule comme tout le monde dans les marchés ? Si seulement il était
assisté d’un ange descendu du Ciel, pour prêcher à côté de lui ! [8] Ou si
seulement on lui avait envoyé du ciel un trésor ou octroyé un verger dont
il tirerait sa nourriture ! » Et les injustes d’ajouter : « Vous ne suivez là
qu’un mortel ensorcelé ! » [9] Vois à quoi ils te comparent ! Ils sont
complètement égarés et ils ne peuvent plus retrouver le droit chemin.
[10] Béni soit Celui qui, s’Il le veut, peut te donner des biens plus
précieux encore, à savoir des palais et des vergers sous lesquels coulent
des rivières !
[11] Ils vont même jusqu’à traiter l’Heure du Jugement dernier de
mensonge ; mais à ces négateurs Nous réservons un Brasier ardent
[12] qui, les voyant de loin venir, les recevra avec des pétillements et des
grondements de colère ; [13] et quand ils y seront jetés, chargés de
chaînes, en un étroit réduit, ils n’auront qu’un seul souhait, celui de leur
destruction définitive ! [14] « Ce n’est pas une seule destruction que vous
devez aujourd’hui souhaiter, leur sera-t-il dit, mais vous devez en
souhaiter plusieurs ! »
[15] Dis-leur : « Cela vaut-il mieux ? Ou bien ce Paradis éternel promis
comme rétribution et ultime séjour à ceux qui craignent le Seigneur,
[16] où tous leurs désirs seront assouvis pour l’éternité ? » C’est une
promesse de ton Seigneur, qu’Il a pris sur Lui d’accomplir.
[17] Et le jour où les impies seront réunis avec ceux qu’ils adoraient, Dieu
demandera à ces derniers : « Est-ce vous qui avez égaré Mes serviteurs
que voici ou sont-ce eux-mêmes qui se sont dévoyés ? » [18] – « Gloire à
Toi !, répondront les idoles. Loin de nous l’idée de prendre des maîtres en
dehors de Toi. Mais Tu les as comblés des biens de ce monde, eux et leurs
pères, au point qu’ils ont oublié Tes rappels, pour perdre en fin de compte
leur âme. » [19] – « Voilà que vos idoles vous désavouent, dira le
Seigneur. Il n’y aura donc plus jamais pour vous ni échappatoire ni
secours. C’est ainsi que quiconque parmi vous aura été injuste, Nous lui
infligerons un châtiment des plus sévères. »
[20] Nous n’avons envoyé avant toi que des messagers qui se
nourrissaient et qui fréquentaient les marchés, comme les autres hommes.
Nous vous éprouvons les uns par les autres, afin de mesurer le degré de
votre endurance, car rien n’échappe à la vigilance de ton Seigneur.
[21] Ceux qui n’espèrent pas Nous rencontrer disent : « Que Dieu ne nous
envoie-t-Il des anges ou ne Se manifeste-t-Il Lui-même à notre regard ? »
Ces gens-là sont vraiment enflés d’orgueil et leur insolence dépasse toute
mesure ! [22] Mais le jour où ils verront réellement les anges ne sera pas
un jour faste pour les criminels qui s’écrieront : « Désormais, le Paradis
est inaccessible pour nous ! », [23] car toutes les œuvres qu’ils auront pu
accomplir seront par Nous réduites en poussière. [24] Ce jour-là, les hôtes
du Paradis auront un meilleur sort et un séjour des plus reposants et des
plus agréables.
[25] Le jour où le Ciel se fendra pour livrer passage à des nuées et où les
anges descendront par vagues successives, [26] ce jour-là, la vraie royauté
appartiendra au Tout-Clément ; et ce sera pour les négateurs un jour
terrifiant. [27] C’est le jour où l’injuste se mordra les doigts en s’écriant :
« Plût à Dieu que j’eusse suivi la voie du Messager ! [28] Malheur à moi !
Si seulement je n’avais pas pris un tel pour ami ! [29] Il m’a détourné du
rappel divin après qu’il me fut parvenu. » Satan a toujours délaissé
l’homme, après l’avoir trompé.
[30] « Seigneur, dit le Prophète, mon peuple a adopté une attitude hostile à
l’égard du Coran ! » [31] C’est ainsi que Nous avons toujours suscité à
chaque prophète un ennemi parmi les criminels. Mais ton Seigneur te
suffira, comme guide et comme soutien.
[32] Et les négateurs de dire encore : « Pourquoi le Coran n’a-t-il pas été
révélé au Prophète d’une seule traite ? » Nous l’avons révélé ainsi pour
raffermir ton cœur et afin qu’il soit soigneusement récité,
[33] et de manière à ce qu’aucune question ne te soit posée par les impies
sans que Nous t’en fournissions la vraie réponse et la meilleure
explication.
[34] Ceux qui seront rassemblés et traînés sur la face vers la Géhenne,
ceux-là seront les plus mal lotis et les plus dévoyés.
[35] Nous avons donné le Livre à Moïse et lui avons adjoint son frère
Aaron comme assistant. [36] « Allez tous deux, leur avons-Nous dit,
trouver ce peuple qui traite Nos preuves de mensonges. » Et c’est un
peuple que Nous avons fini par détruire de fond en comble.
[37] Ce fut aussi le cas du peuple de Noé qui avait traité Nos messagers
d’imposteurs et que Nous avons englouti, faisant de lui un exemple à
méditer par les autres hommes, car Nous réservons toujours un châtiment
douloureux aux peuples pervers.
[38] Et il en fut de même des `Âd, des Thamûd, des habitants d’ar-Rass et
de nombreuses générations intermédiaires. [39] À tous ces peuples Nous
avions proposé – mais en vain – des exemples édifiants. Aussi les avons-
Nous tous exterminés. [40] Les infidèles sont pourtant passés près de la
cité qu’une pluie funeste avait détruite. Ne l’ont-ils donc pas vue ? Oh que
si ! Mais ils ne s’attendent pas à être ressuscités un jour. [41] Quand ils te
voient, ils ne manquent pas de te tourner en dérision : « Est-ce cet
individu-là, disent-ils, que Dieu a envoyé comme Prophète ? [42] Il a bien
failli nous égarer loin de nos divinités, n’était-ce l’attachement résolu que
nous avions pour elles. » Cependant, ils verront bien, quand ils seront en
face du châtiment, qui aura été le plus éloigné du droit chemin.
[43] N’as-tu pas vu celui qui prend sa passion pour une divinité ? Serais-tu
disposé à en être le garant ?
[44] Estimes-tu que la plupart de ces gens entendent ou comprennent ? En
vérité, leur niveau ne dépasse pas celui des bestiaux, ou plutôt ils sont plus
égarés encore.
[45] As-tu remarqué comment ton Seigneur étend l’ombre ? Il l’aurait
assurément faite immobile, s’Il l’avait voulu. Nous faisons du soleil un
guide pour elle, [46] puis Nous en rétrécissons le champ avec douceur
pour la ramener vers Nous.
[47] C’est Dieu qui étend sur vous la nuit comme un voile, qui vous
envoie le sommeil comme un instant de repos et qui fait du jour un retour
à la vie. [48] C’est Lui qui envoie les vents comme signes précurseurs de
Sa grâce. Après quoi, Nous faisons tomber une eau pure du ciel, [49] par
laquelle Nous faisons revivre les terres mortes, et abreuver les multitudes
de bêtes et de gens que Nous avons créés. [50] Nous la répartissons de
tous côtés parmi eux, afin qu’ils se souviennent de Nous ; mais la plupart
des hommes ne veulent point se départir de leur ingratitude.
[51] Si Nous l’avions voulu, Nous aurions envoyé un messager à chaque
cité pour l’avertir. [52] Ne cède donc point aux infidèles ! Que ce Coran te
serve à les combattre avec vigueur !
[53] C’est Dieu qui fait confluer les deux mers, dont l’une est douce et
agréable, l’autre est salée et saumâtre. Entre les deux, Il a établi une zone
intermédiaire et une barrière infranchissable. [54] C’est Lui qui, de l’eau,
a créé les êtres humains qu’Il a unis par la parenté et l’alliance. Ton
Seigneur est Omnipotent. [55] Pourtant, ils adorent en dehors de Dieu ce
qui ne peut ni leur être utile ni leur nuire. C’est ainsi que l’impie se fait
toujours l’auxiliaire des ennemis de son Seigneur !
[56] Nous ne t’avons envoyé qu’à titre de porteur de bonnes nouvelles et
d’avertisseur. [57] Dis-leur : « Je ne vous réclame pour cela nul salaire, et
je n’ai d’autre ambition que de vous voir prendre la voie qui mène vers
votre Seigneur. » [58] Mets ta confiance dans le Vivant, l’Immortel !
Célèbre Ses louanges ! Car Il connaît mieux que quiconque les péchés de
Ses créatures.
[59] C’est Lui qui a créé en six jours les Cieux, la Terre et les espaces
interstellaires ; qui S’est ensuite établi sur Son Trône. Il est le
Miséricordieux. Interroge sur Lui un connaisseur en la matière !
[60] Quand on leur dit : « Prosternez-vous devant le Miséricordieux ! »,
ils objectent : « Qui est le Miséricordieux ? Allons-nous, sur ton ordre,
nous prosterner devant n’importe qui ? » Et cela ne fait qu’accroître leur
répulsion. [61] Béni soit Celui qui a mis des constellations dans le ciel, et
y a placé un luminaire et une lune qui éclaire ! [62] C’est Lui qui fait
alterner le jour et la nuit pour celui qui veut s’en souvenir ou qui veut
rendre grâce à son Seigneur.
[63] Les serviteurs du Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement
sur la terre ; ceux qui répondent avec douceur aux ignorants qui les
interpellent ; [64] ceux qui passent la nuit, prosternés ou debout, à prier
leur Seigneur ; [65] ceux qui disent : « Seigneur, épargne-nous le supplice
de l’Enfer », qui est le plus implacable des supplices, [66] car la Géhenne
est détestable à la fois comme asile et comme séjour. [67] Ceux qui, dans
leurs dépenses, tiennent un juste milieu, de façon à n’être ni avares ni
prodigues ;
[68] ceux qui n’invoquent aucune autre divinité à côté de Dieu ; ceux qui
n’attentent pas à la vie de leurs semblables que Dieu a déclaré sacrée, à
moins d’un motif légitime ; ceux qui ne s’adonnent pas à la fornication,
car quiconque commet de tels péchés encourra la sanction de ses forfaits,
[69] et le Jour du Jugement dernier, son supplice sera doublé et il le subira
éternellement, couvert d’ignominie, [70] hormis ceux qui se repentent, qui
croient sincèrement en Dieu et qui font des œuvres salutaires. Ceux-là
Dieu transformera leurs mauvaises actions en œuvres méritoires, car Dieu
est toute miséricorde et toute indulgence. [71] Celui qui se repent et fait
œuvre pie, Dieu agréera son repentir. [72] Ceux qui ne portent pas de faux
témoignages et qui, se trouvant en présence de frivolités, s’en écartent
avec dignité ; [73] ceux qui ne font ni les sourds ni les aveugles, quand on
leur rappelle les signes de leur Seigneur ; [74] ceux qui disent :
« Seigneur, fais que nos épouses et nos enfants soient pour nous une
source de bonheur ! Daigne faire de nous des modèles de piété pour ceux
qui craignent le Seigneur ! »
[75] Voilà ceux qui, en récompense de leur endurance, occuperont les
lieux les plus élevés du Paradis, et y seront accueillis par des vœux de
salut et de paix, [76] pour demeurer éternellement dans cet agréable asile
et ce beau séjour !
[77] Dis aux négateurs : « Mon Seigneur ne Se souciera point de vous,
sans votre prière. Mais vous avez traité Sa révélation de mensonge.
Désormais, votre châtiment est donc devenu inéluctable ! »