SOURATE AL ANBIYA

21. Sourate des Prophètes (Al-Anbiyâ’)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Le jour où les hommes auront à rendre compte approche ; et,
cependant, plongés dans leur insouciance, ils s’en détournent. [2] Aucun
nouveau rappel ne leur parvient de leur Seigneur qu’ils ne l’écoutent d’un
air amusé [3] et d’un cœur distrait. Et les injustes se disent en secret :
« Qu’est-il, celui-là, sinon un mortel comme vous ? Allez-vous tomber
sous le coup de la magie, en pleine connaissance de cause ? » [4] Et le
Prophète de dire : « Mon Seigneur sait ce qui se dit dans le Ciel et sur la
Terre. Il est Celui qui entend tout et qui sait tout. » [5] – « Ce Coran,
disent-ils, n’est qu’un amas de rêveries ! Ou c’est plutôt lui qui l’a forgé !
Ou il s’agit plutôt de l’œuvre d’un poète ! Qu’il produise donc devant
nous un signe miraculeux, comme celui dont furent chargés les premiers
envoyés ! »
[6] Pas une seule cité parmi celles que Nous avons anéanties avant eux
n’avait cru à la vue des miracles. Y croiront-ils, eux, s’ils les voyaient ?
[7] Nous n’avons envoyé avant toi que des hommes à qui nous faisions
des révélations. Interrogez là-dessus les gens de l’Écriture, si vous
l’ignorez ! [8] Et Nous n’en avons pas fait des corps pouvant se passer de
nourriture ou des êtres immortels. [9] Puis Nous avons tenu envers eux
Notre promesse en les sauvant, eux et ceux qu’il Nous a plu de sauver, et
en anéantissant les transgresseurs. [10] En vérité, Nous vous révélons un
Livre qui constitue un rappel pour vous. Finirez-vous par le comprendre ?
[11] Que de cités rebelles n’avons-Nous pas fait périr, pour les remplacer
par des communautés nouvelles ! [12] Dès qu’ils sentirent la rigueur de
Notre châtiment, ils s’enfuirent de leurs villes. [13] « Ne fuyez pas, leur
fut-il dit. Revenez à votre vie de luxe et à vos demeures. Peut-être serez-
vous interrogés. » [14] « Malheur à nous, s’écriaient-ils. Nous avons été
vraiment injustes ! » [15] Et leurs lamentations ne cessèrent que lorsque
Nous les eûmes réduits à l’état d’un champ fauché et sans vie.
[16] Nous n’avons pas créé le Ciel, la Terre et les espaces interstellaires,
pour Nous divertir. [17] Si Nous avions désiré un divertissement, Nous
l’aurions trouvé auprès de Nous-même, si toutefois Nous l’avions
vraiment désiré. [18] Bien au contraire, Nous lançons la Vérité contre le
faux pour le faire disparaître, et effectivement le faux ne tarde pas à
s’évanouir. Malheur donc à vous pour vos allégations mensongères !
[19] À Lui appartiennent ceux qui sont dans les Cieux et sur la Terre ; et
ceux qui se tiennent auprès de Lui ne ressentent en L’adorant ni arrogance
ni lassitude. [20] Aussi Le glorifient-ils nuit et jour, sans relâche.
[21] Ont-ils tiré de la terre des divinités capables de ressusciter les morts ?
[22] Or, s’il y avait d’autres divinités que Dieu dans les Cieux et sur la
Terre, la marche de ces derniers aurait été gravement compromise. Gloire
donc à Dieu, Maître du Trône, qui est au-dessus de leurs allégations
mensongères ! [23] Il n’a pas de compte à rendre de ce qu’Il fait, mais les
hommes devront Lui rendre compte de leurs actes.
[24] Ont-ils pris d’autres divinités que Dieu ? Dis-leur : « Quelle preuve
avez-vous que ce sont bien des divinités ? Référez-vous plutôt au rappel
qui a été adressé à ceux qui sont avec moi et à cet autre rappel qui a été
adressé à ceux qui m’ont devancé ! » Mais la plupart d’entre eux ne
connaissent pas la vérité et s’en écartent délibérément.
[25] Nous n’avons envoyé avant toi aucun prophète à qui il n’ait été révélé
qu’il n’y a point d’autre divinité que Moi et que c’est Moi que vous devez
adorer. [26] « Le Miséricordieux S’est donné des enfants ! », disent les
polythéistes. Gloire à Lui ! Les anges ne sont que Ses serviteurs honorés,
[27] qui ne devancent jamais Ses décisions et agissent constamment sur
Ses ordres. [28] Dieu connaît leur passé et leur avenir. Ils n’intercèdent
qu’en faveur de ceux qu’Il a déjà agréés, et ils tremblent de crainte devant
Lui.
[29] Et quiconque d’entre eux dirait : « Je suis un dieu en dehors de
Lui ! », Nous lui donnerions la Géhenne pour récompense, car c’est ainsi
que Nous récompensons les rebelles. [30] Les infidèles ne savent-ils pas
que les Cieux et la Terre formaient à l’origine une masse compacte que
Nous avons ensuite disloquée, et que Nous avons tiré toute matière
vivante de l’eau ? Se décideront-ils à croire enfin ? [31] Nous avons fixé
solidement des montagnes dans la terre, afin qu’elle ne branle pas sous
leurs pieds. Et Nous y avons aménagé des défilés servant de chemins, afin
qu’ils puissent facilement y circuler. [32] Et du firmament Nous avons fait
une voûte inexpugnable. Et cependant ils demeurent insensibles à toutes
ses merveilles. [33] C’est Lui qui a créé la nuit et le jour, le Soleil et la
Lune, chacun voguant dans une orbite bien déterminée.
[34] Nous n’avons accordé l’immortalité à aucun être humain avant toi.
Est-ce qu’ils croient qu’après ta mort ils seront, eux, immortels ?
[35] Toute âme goûtera la mort. Nous vous éprouvons par le mal et par le
bien à titre de tentation, et c’est à Nous que vous ferez retour.
[36] Dès que les infidèles t’aperçoivent, ils s’empressent de te tourner en
dérision : « Est-ce cet homme-là qui médit de vos divinités ? », alors
qu’ils nient, eux, tout rappel du Tout-Clément. [37] L’homme a été créé
impatient par nature. Je vous montrerai le moment venu Mes signes.
Modérez donc votre impatience ! [38] « À quand cette menace, insistent-
ils, si vous êtes sincères ? » [39] Ah ! Si les négateurs pouvaient entrevoir
le moment où ils ne pourront plus protéger ni leurs visages ni leurs dos
des flammes de l’Enfer, et où ils seront privés de tout secours !
[40] L’Heure les saisira à l’improviste et les plongera dans la stupeur, sans
qu’ils puissent l’éloigner ou en obtenir le report. [41] D’autres prophètes,
avant toi, ont été tournés en dérision ; mais les railleurs ont été cernés de
toutes parts par cela même dont ils se moquaient.
[42] Dis-leur : « Qui peut vous protéger, de nuit et de jour, des rigueurs du
Miséricordieux ? » Mais rien n’y fait ! Ils demeurent insensibles au rappel
de leur Seigneur. [43] Ont-ils donc, en dehors de Nous, des divinités
capables de les protéger ? Mais celles-ci ne sauraient ni se protéger elles-
mêmes ni se faire assister contre Nos rigueurs.
[44] La vérité, c’est que Nous avons permis à ces gens-là et à leurs
ancêtres de jouir par trop longtemps des biens de ce monde. Or, n’ont-ils
pas remarqué que Nous portons Notre action sur la Terre et que Nous en
réduisons les limites de toutes parts ? Sont-ils donc, eux, les plus forts ?
[45] Dis-leur : « Je ne fais que vous avertir par ce qui m’est révélé. » Mais
les sourds n’entendent point les appels quand on les avertit. [46] Qu’un
souffle du châtiment de ton Seigneur les effleure, et les voilà qui crient :
« Malheur à nous ! Nous avons été vraiment coupables ! »
[47] Au Jour de la Résurrection, Nous dresserons des balances d’une
extrême sensibilité, de manière à ce que nul ne soit lésé, fût-ce du poids
d’un grain de sénevé, car tout entrera en compte, et les comptes que Nous
établissons sont infaillibles.
[48] Nous avons déjà donné à Moïse et à Aaron le Livre du discernement
qui est à la fois lumière et guide pour les gens pieux, [49] qui craignent
leur Seigneur dans le secret de leurs cœurs et qui tremblent à la pensée de
l’Heure. [50] Et voilà à présent le Coran qui est un rappel béni révélé à
votre intention. Allez-vous donc le renier ?
[51] Nous avions auparavant indiqué à Abraham la bonne voie, car Nous
savions qu’il en était digne. [52] C’est ainsi qu’il dit un jour à son père et
à son peuple : « Que signifient ces statues auxquelles vous montrez tant
d’attachement ? » [53] – « Nous avons trouvé, répondirent-ils, nos
ancêtres attachés à leur culte ! » [54] – « Vous étiez assurément, répliqua
Abraham, vous et vos ancêtres, dans un égarement évident. » [55] – « Es-
tu venu nous apporter la vérité, dirent-ils, ou est-ce une plaisanterie de ta
part ? » [56] – « Bien au contraire, répondit Abraham, votre Dieu est le
Maître des Cieux et de la Terre ! C’est Lui qui les a créés et je suis de
ceux qui peuvent en témoigner ! » [57] « Par Dieu, se dit-il, je jouerai un
mauvais tour à vos idoles, dès que vous aurez le dos tourné ! »
[58] Et, effectivement, il les mit en pièces et n’épargna que la plus grande
statue, pensant que les idolâtres s’en prendraient à elle. [59] « Qui a osé
commettre ce sacrilège à l’encontre de nos dieux ? Ce ne peut être qu’un
criminel ! », dirent-ils. [60] – « Nous avons entendu, dirent certains
d’entre eux, un jeune homme médire de nos dieux ; il s’appelle
Abraham. » [61] – « Amenez-le devant la foule, cria-t-on, pour qu’elle
apporte son témoignage contre lui ! » [62] – « Est-ce toi, Abraham, lui
demandèrent-ils, qui as fait cela de nos dieux ? » [63] – « C’est le plus
grand d’entre eux que voici qui l’a fait, répondit-il. Interrogez-les donc, si
toutefois ils peuvent parler ! »
[64] Alors, s’étant concertés, ils se dirent : « Après tout, c’est nous qui
étions dans l’erreur ! » [65] Puis, changeant brusquement d’avis, ils dirent
à Abraham : « Tu sais bien que les idoles ne parlent pas ! » [66] –
« Comment pouvez-vous alors, répliqua Abraham, adorer en dehors de
Dieu des divinités qui ne peuvent ni vous être utiles ni vous nuire ? [67] Fi
de vous et de ce que vous adorez en dehors de Dieu ! N’êtes-vous donc
pas raisonnables ? » [68] – « Jetez-le au feu, s’écrièrent les idolâtres.
Faites triompher vos dieux, si vous avez la volonté de les défendre ! »
[69] Nous dîmes alors : « Ô feu ! Sois pour Abraham d’une fraîcheur
salutaire ! » [70] Ils voulaient la perte d’Abraham, mais c’est d’eux que
Nous fîmes les plus grands perdants. [71] Nous le sauvâmes, ainsi que
Loth, en les conduisant vers une terre que Nous avons bénie pour les
hommes. [72] Nous lui donnâmes comme fils Isaac et de surcroît Jacob, et
Nous en fîmes deux hommes vertueux.
[73] Et Nous en avons fait des dirigeants pour guider les hommes selon
Nos ordres, et Nous leur avons inspiré la pratique du bien,
l’accomplissement de la salât et l’acquittement de la zakât. Ce furent pour
Nous de fidèles serviteurs. [74] Quant à Loth, Nous lui avons donné la
sagesse et le savoir, et Nous l’avons sauvé de la cité où se pratiquait le
vice et dont les habitants étaient malfaisants et pervers. [75] Et Nous
l’avons admis dans le sein de Notre miséricorde, car c’était un homme de
bien.
[76] Souviens-toi de Noé quand il lança autrefois son appel. Nous
l’exauçâmes et le sauvâmes, lui et sa famille, du terrible cataclysme.
[77] Nous l’avons délivré du peuple qui traitait Nos signes de mensonges.
C’était un peuple de gens pervers que Nous fîmes tous engloutir.
[78] Souviens-toi aussi de David et de Salomon quand ils ont eu à rendre
un jugement au sujet d’un champ cultivé que des ovins avaient saccagé de
nuit. Nous avons été Témoin de leur jugement, [79] et avons inspiré à
Salomon la bonne solution du litige, car à tous deux Nous avions donné la
sagesse et le savoir ; de même que Nous avons assujetti les montagnes et
les oiseaux à chanter avec David Nos louanges. Et c’est Nous qui en
sommes l’Auteur. [80] Nous avons aussi appris à David l’art de fabriquer
des cuirasses pour vous protéger contre votre propre violence. En êtes-
vous reconnaissants ? [81] Nous avons également soumis à Salomon le
vent impétueux, afin qu’il souffle, par son ordre, sur la terre que Nous
avons bénie, car Notre science embrasse toute chose.
[82] Et parmi les démons, certains exploraient pour lui les fonds des mers,
et exécutaient bien d’autres travaux encore, pendant que Nous assurions
leur sauvegarde.
[83] Souviens-toi de Job quand il adressa à son Seigneur cette prière :
« Le mal dont je suis atteint me fait souffrir. Mais Toi, Tu es le plus
Miséricordieux de tous les miséricordieux ! » [84] Nous l’avons exaucé ;
Nous l’avons délivré du mal dont il souffrait et Nous lui avons rendu sa
famille doublement accrue, par un effet de Notre grâce, à titre d’exemple
pour Nos serviteurs.
[85] Citons aussi Ismaël, Idrîs et Dhû-l-Kifl, qui avaient tous fait preuve
d’endurance ; [86] et que Nous avons fait entrer en Notre grâce, car ils
étaient tous des hommes vertueux.
[87] Rappelle-toi Jonas, qui avait quitté son peuple dans un moment de
colère, pensant que Nous n’allions pas l’éprouver. Puis il lança, du fond
des ténèbres, l’appel que voici : « Il n’y a point de Dieu que Toi ! Que
Ton Nom soit exalté ! J’ai été vraiment du nombre des injustes ! »
[88] Nous l’avons exaucé et délivré de ses angoisses. Et c’est ainsi que
Nous sauvons les croyants.
[89] Et Zacharie aussi avait adressé à son Seigneur cette prière :
« Seigneur ! Ne me laisse pas sans descendance, bien que Tu sois le
Meilleur des héritiers ! » [90] Nous l’exauçâmes également, lui donnâmes
Jean pour fils en rendant à sa femme sa fécondité. Ce sont des gens qui
s’empressaient de faire le bien, Nous invoquaient par amour et par crainte
et faisaient preuve d’humilité devant Nous.
[91] Rappelle-toi enfin celle qui avait préservé sa chasteté, et en qui Nous
avons soufflé de Notre esprit, faisant d’elle ainsi que de son fils un
miracle pour l’Univers.
[92] Certes, cette communauté religieuse, qui est la vôtre, est une seule et
même communauté, et c’est Moi votre Seigneur que vous devez adorer.
[93] Cependant, les hommes ont brisé les liens religieux qui les unissaient.
Mais quoi qu’il en soit, c’est vers Nous qu’ils feront tous retour. [94] Et
quiconque, tout en étant croyant, aura accompli de bonnes œuvres, ses
efforts ne seront point méconnus, car c’est à son actif que Nous porterons
toutes ses bonnes actions.
[95] Il est inconcevable que les habitants d’une cité que Nous avons fait
périr puissent revenir à la vie d’ici-bas, [96] avant que ne soient libérés les
Yâjûj et les Mâjûj, et qu’ils ne déferlent en masse de toutes les hauteurs.
[97] C’est alors que la promesse de Dieu sera près de s’accomplir, et que
les regards des infidèles seront figés de stupeur. « Malheur à nous,
s’écriront-ils. Nous vivions dans l’insouciance, ou plutôt nous étions de
vrais coupables ! »
[98] En vérité, vous serez, vous et les idoles que vous adoriez en dehors
de Dieu, jetés en pâture à l’Enfer, où vous serez tous précipités. [99] Et si
vos divinités étaient de véritables dieux, elles ne seraient pas précipitées
dans l’Enfer, où vous êtes tous appelés à vous éterniser. [100] Ils y
pousseront des gémissements sans pouvoir eux-mêmes rien entendre.
[101] Mais ceux qui auront, auparavant, bénéficié de Notre faveur seront
bien à l’abri d’un tel sort.
[102] Ils n’entendront point les vacarmes de la Géhenne, et de ce qu’ils
désirent, leur jouissance sera éternelle ; [103] de même que la grande
terreur ne les affligera point et les anges les accueilleront par ces mots :
« Voici le jour qui vous a été promis ! »
[104] Et ce jour-là, Nous plierons le ciel, comme plie le scribe un
parchemin. Et de même que Nous avons procédé à la première Création,
de même Nous la recommencerons. C’est une promesse que Nous Nous
sommes faite, et Nous l’accomplirons. [105] Nous avons certes écrit dans
les Psaumes, après l’avoir gravé dans le Livre céleste, que la Terre serait
l’héritage de Nos bons serviteurs. [106] Il y a en cela suffisamment
d’enseignements pour des gens qui adorent le Seigneur.
[107] Ô Muhammad ! Nous ne t’avons envoyé que comme miséricorde
pour l’Univers. [108] Dis : « Il m’a été seulement révélé que votre Dieu
est un Dieu Unique. Êtes-vous disposés à vous soumettre à Lui ? »
[109] Mais s’ils tournent le dos, dis-leur : « Je vous ai tous avertis en toute
équité, mais j’ignore si ce qui vous est promis est proche ou lointain.
[110] Dieu sait ce que vous dites à haute voix et ce que vous dissimulez.
[111] Mais j’ignore si ce délai qui vous est accordé constitue une tentation
pour vous ou une occasion de jouir encore un laps de temps de la vie. »
[112] Et le Prophète de dire : « Seigneur, décide entre nous, en toute
équité ! C’est de notre Seigneur, le Miséricordieux, que nous implorons
assistance contre vos assertions mensongères ! »