SOURATE AL AHZAB

33. Sourate des Coalisés (Al-Ahzâb)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Ô Prophète ! Crains Dieu et n’obéis ni aux négateurs ni aux
hypocrites ! Dieu est, en vérité, Omniscient et Sage. [2] Observe
scrupuleusement ce qui t’est révélé de la part de ton Maître ! Dieu est
parfaitement au courant de ce que vous faites. [3] Mets ta confiance en
Dieu ! Dieu te suffit comme protecteur. [4] Dieu n’a pas doté l’homme de
deux cœurs, pas plus qu’Il n’a assimilé à vos mères vos épouses à qui
vous dites en les répudiant : « Tu es aussi illicite pour moi que le dos de
ma mère » ; de même qu’Il n’a point assimilé vos enfants adoptifs à vos
propres enfants. Ce ne sont là que des propos que vous prononcez à la
légère. Dieu dit la vérité et c’est Lui qui montre le droit chemin.
[5] Appelez les enfants adoptifs par le nom de leur vrai père ; cela est plus
juste auprès de Dieu. Si vous ne connaissez pas leur père, considérez-les
comme vos frères en religion ou comme vos alliés. Aucun grief ne vous
sera fait de vos erreurs, mais seulement des fautes que vous commettez
délibérément. Cependant, Dieu est Plein d’indulgence et de mansuétude.
[6] Le Prophète a plus de droits sur les croyants qu’ils n’en ont sur eux-
mêmes ; et ses épouses sont leurs mères. D’après le Livre de Dieu, les
liens du sang ont la priorité dans les successions sur ceux qui unissent les
croyants de Médine et les émigrés de La Mecque, à moins que vous ne
fassiez quelque donation en faveur de vos alliés, tel que cela est inscrit
dans le Livre.
[7] Rappelle-toi que Nous avons pris l’engagement des prophètes : le tien,
celui de Noé, d’Abraham, de Moïse, de Jésus, fils de Marie, – et ce fut un
engagement des plus solennels – [8] afin que Dieu demande compte aux
véridiques de leur sincérité. Et Il a préparé un châtiment terrible pour les
impies. [9] Ô vous qui croyez ! Souvenez-vous des bienfaits de Dieu à
votre égard lorsque, pour vous délivrer des armées qui marchaient contre
vous, Nous suscitâmes contre elles un ouragan et des troupes que vous ne
pouviez voir, car rien n’échappe à la vigilance du Seigneur. [10] Et au
moment où les ennemis vous assaillaient de toutes parts, vos yeux étaient
hagards d’épouvante et la frayeur vous prenait à la gorge, pendant que
vous vous livriez sur Dieu à toutes sortes de conjectures. [11] C’est là que
les croyants furent mis à rude épreuve et ébranlés par une terrible
secousse, [12] tandis que les hypocrites et les sceptiques disaient : « Dieu
et Son Prophète ne nous ont fait donc que de vaines promesses ! », [13] et
qu’au même moment certains d’entre eux s’écriaient : « Ô gens de
Yathrib ! Vous n’avez plus rien à faire ici ! Retournez chez vous ! », alors
que d’autres demandaient au Prophète la permission de se retirer de la
bataille, en disant que leurs foyers étaient restés sans défense. Or, leurs
foyers n’étaient pas en danger ; la réalité, c’est qu’ils voulaient seulement
s’enfuir. [14] Et si la ville avait été envahie en quelques points, et que les
envahisseurs leur avaient demandé d’abjurer leur foi, ils se seraient
exécutés sans hésiter longtemps à le faire. [15] Et pourtant, ils s’étaient
engagés, auparavant, devant Dieu à ne pas battre en retraite devant
l’ennemi. Or, il est toujours rendu compte de tout pacte conclu avec le
Seigneur.
[16] Dis-leur : « La fuite ne vous servira à rien, si vous fuyez pour ne pas
mourir ou pour ne pas être tués au combat, car, de toute manière, vous ne
jouirez que peu de temps de la vie. » [17] Dis-leur aussi : « Qui peut aller
contre la volonté de Dieu s’Il veut vous accabler d’un malheur ou s’Il veut
vous gratifier d’une faveur ? » Aussi ne trouveront-ils en dehors de Dieu
ni allié ni protecteur.
[18] Certes, Dieu connaît bien ceux d’entre eux qui sèment le défaitisme
et qui disent à leurs frères : « Ralliez-vous à nous ! », sans jamais déployer
eux-mêmes au combat que peu d’ardeur, [19] par avarice à votre égard.
Mais quand ils se sentent eux-mêmes en danger, tu les vois porter sur toi
des regards angoissés, comme s’ils étaient à l’article de la mort. Et dès que
le danger est passé, ils s’acharnent sur vous de leurs langues acérées, par
cupidité pour le butin. Ces gens-là n’ont rien des vrais croyants. Aussi
Dieu réduira-t-Il leurs œuvres à néant, et cela est si facile pour Lui.
[20] Ils pensent que les coalisés sont toujours là. Mais même si ces
derniers revenaient, les hypocrites préféreraient se trouver dans le désert,
parmi les nomades, et se contenter de prendre de loin de vos nouvelles.
D’ailleurs, fussent-ils parmi vous, ils n’auraient fait preuve au combat que
de peu d’ardeur. [21] Vous avez, dans le Prophète de Dieu, un si bel
exemple pour celui qui espère en Dieu et au Jugement dernier, et qui
évoque souvent le Nom du Seigneur. [22] Et quand les croyants virent les
coalisés, ils s’écrièrent : « Voici ce que nous avaient promis Dieu et Son
Prophète ! Dieu et Son Prophète ont donc dit la vérité. » Et cela n’a fait
que renforcer leur foi et leur soumission.
[23] Il est parmi les croyants des hommes qui ont tenu loyalement leur
engagement vis-à-vis de Dieu. Certains d’entre eux ont déjà accompli leur
destin ; d’autres attendent leur tour. Mais ils n’ont jamais rien changé à
leur comportement, [24] de sorte que Dieu récompensera les hommes
loyaux pour leur sincérité, et châtiera, s’Il le veut, les hypocrites ou leur
pardonnera. En vérité, Dieu est Indulgent et Compatissant.
[25] Dieu a fait rebrousser chemin aux infidèles, le cœur plein de rage et
sans qu’ils aient acquis aucun avantage. Dieu épargna ainsi le combat aux
croyants, car Dieu est Fort et Puissant. [26] Et Il a fait descendre de leurs
forteresses ceux des gens de l’Écriture qui avaient prêté assistance aux
coalisés, et a jeté l’effroi dans leurs cœurs. Vous en avez tué une partie et
vous en avez capturé une autre.
[27] Dieu vous a fait ainsi hériter de leur pays, de leurs demeures, de leurs
richesses et d’une terre que vos pieds n’avaient jamais foulée. La
puissance de Dieu n’a point de limite.
[28] Ô Prophète ! Dis à tes épouses : « Si vous désirez les plaisirs et le
faste de ce monde, venez que je vous verse une indemnité honorable et
que je vous libère dignement. [29] Mais, si c’est Dieu que vous recherchez
ainsi que Son Prophète et la vie future, Dieu a préparé pour les
bienfaisantes d’entre vous une magnifique récompense. » [30] Ô femmes
du Prophète ! Une peine double sera infligée à celle d’entre vous qui aura
commis une turpitude flagrante ; cela est si facile pour Dieu.
[31] Nous doublerons la récompense de celle d’entre vous qui est soumise
à Dieu et à Son Prophète, et qui fait le bien. Et Nous lui réserverons une
généreuse rétribution.
[32] Ô femmes du Prophète ! Vous n’êtes en rien comparables aux autres
femmes. Si vous êtes pieuses, ne vous montrez pas trop complaisantes
dans vos propos, afin de ne pas éveiller de désirs coupables dans certains
cœurs malsains. Soyez décentes dans vos propos. [33] Restez avec dignité
dans vos foyers ! N’étalez pas avec coquetterie votre beauté à la manière
des femmes de l’époque antéislamique ! Observez la salât ! Acquittez la
zakât ! Obéissez à Dieu et à Son Prophète ! Dieu ne veut qu’éloigner de
vous toute infamie, ô gens de la famille du Prophète, et vous purifier de
toute souillure. [34] Ayez constamment à l’esprit les versets de Dieu et les
sages préceptes qui sont récités dans vos demeures ! Dieu est Plein de
bonté et parfaitement Informé.
[35] Les musulmans et les musulmanes, les croyants et les croyantes, les
hommes pieux et les femmes pieuses, les hommes sincères et les femmes
sincères, les hommes patients et les femmes patientes, ceux et celles qui
craignent Dieu, ceux et celles qui pratiquent la charité, ceux et celles qui
observent le jeûne, ceux et celles qui sont chastes, ceux et celles qui
invoquent souvent le Nom du Seigneur, à tous et à toutes Dieu a réservé
Son pardon et une magnifique récompense.
[36] Il ne convient pas à un croyant ni à une croyante de suivre leur propre
choix dans une affaire, une fois que Dieu et Son Prophète en ont décidé
autrement. Quiconque désobéit à Dieu et à Son Prophète s’égare de toute
évidence. [37] Souviens-toi de celui que Dieu et toi-même avez comblé de
bienfaits, et auquel tu disais : « Garde pour toi ton épouse, et crains
Dieu », tout en dissimulant au fond de toi-même ce que Dieu allait rendre
public. Tu redoutais l’opinion publique, alors que c’est Dieu que tu devais
craindre. Lorsque Zayd eut cessé toute relation avec sa femme, Nous te la
donnâmes en mariage afin qu’il ne soit plus interdit aux musulmans
d’épouser les femmes avec lesquelles leurs fils adoptifs auront cessé tout
commerce. L’ordre de Dieu devait être exécuté.
[38] Nul grief n’est à faire au Prophète pour ce que Dieu lui a accordé,
conformément aux lois établies par Dieu pour les prophètes qui l’ont
précédé – les décrets de Dieu étant inéluctables –, [39] pour ceux qui
transmettaient les messages de Dieu, Le craignaient sans redouter nul
autre que Lui, car Dieu suffit pour établir le compte exact des hommes.
[40] Non, Muhammad n’est le père d’aucun homme d’entre vous, mais il
est l’Envoyé de Dieu et le sceau des prophètes. Dieu est au courant de
tout.
[41] Ô croyants ! Invoquez souvent le Nom de Dieu ! [42] Glorifiez-Le
matin et soir ! [43] C’est Lui qui prie pour vous, ainsi que Ses anges, afin
de vous faire passer des ténèbres à la lumière, car Dieu est Plein de
mansuétude pour les croyants,
[44] qui seront accueillis, le jour où ils comparaîtront devant le Seigneur,
par le mot : « Paix ! Salâm ! », car Dieu aura préparé pour eux une belle
récompense.
[45] Ô Prophète ! Nous t’avons envoyé à la fois comme témoin,
annonciateur de bonnes nouvelles et avertisseur, [46] afin que par la
permission de Dieu, et tel un flambeau étincelant, tu appelles les hommes
à Dieu. [47] Annonce donc aux croyants la grâce infinie qui les attend
auprès de leur Seigneur ! [48] N’obéis ni aux infidèles ni aux hypocrites !
Que leurs offenses ne t’affectent point ! Fie-toi à Dieu ! Dieu suffit
comme protecteur.
[49] Ô vous qui croyez ! Si vous épousez des croyantes et qu’ensuite vous
les répudiez, avant d’avoir consommé le mariage, vous n’avez pas le droit
de leur imposer une période de viduité. Accordez-leur un don de
consolation et rendez-leur honnêtement la liberté.
[50] Ô Prophète ! Nous déclarons licites pour toi tes épouses que tu as
dotées et les captives que Dieu t’a accordées au titre de butin de guerre,
comme nous te permettons d’épouser les filles de ton oncle paternel, les
filles de tes tantes paternelles, les filles de ton oncle maternel, les filles de
tes tantes maternelles qui ont émigré avec toi, ainsi que toute croyante qui
aura offert sa main au Prophète, pourvu que tu donnes ton consentement.
C’est là un privilège qui t’est accordé, à l’exclusion des autres croyants.
Certes, Nous connaissons les règles que Nous leur avons prescrites au
sujet de leurs épouses et de leurs esclaves, et ce afin qu’aucun grief ne te
soit fait. Dieu est Indulgent et Miséricordieux.
[51] Libre à toi de faire attendre celle de tes épouses que tu voudras, de
retenir près de toi celle que tu voudras et de reprendre l’une de celles que
tu avais écartées. Cela est de nature à les consoler, à leur épargner la
tristesse et à les rendre toutes heureuses des faveurs que tu pourras leur
accorder. Dieu lit si bien dans vos cœurs. Il est Omniscient et
Compatissant. [52] Il ne t’est plus permis désormais de prendre d’autres
femmes ou de changer d’épouses, en dehors de tes esclaves, même si tu
étais attiré par la beauté d’autres femmes. Rien n’échappe à la vigilance
du Seigneur.
[53] Ô croyants ! N’entrez dans les demeures du Prophète que si vous êtes
invités à un repas. Évitez d’être là à attendre que le repas soit prêt. Quand
vous êtes invités, entrez et après avoir mangé, dispersez-vous, sans vous
livrer à des propos familiers. En vérité, cela offenserait le Prophète qui
aurait honte de vous en faire part. Mais Dieu n’a pas honte de dire la
vérité. Quand vous demandez quelque chose aux épouses du Prophète,
faites-le derrière un voile. Vos cœurs et les leurs n’en seront que plus purs.
Vous ne devez pas offenser l’Envoyé de Dieu ni épouser ses femmes
après lui. Ce serait une énormité auprès de Dieu.
[54] Que vous divulguiez une chose ou que vous la teniez secrète, Dieu en
est parfaitement Informé.
[55] Il ne sera pas fait grief aux croyantes de paraître sans voile devant
leurs pères, leurs enfants, leurs frères, leurs neveux, leurs femmes de
ménage et leurs esclaves. Craignez donc Dieu ! Dieu est Témoin de toute
chose. [56] Dieu et Ses anges bénissent le Prophète. Ô croyants !
Bénissez-le et appelez sur lui le salut ! [57] Ceux qui offensent Dieu et
Son Prophète, Dieu les maudira en ce monde et dans l’autre, et leur fera
subir un châtiment infamant. [58] Ceux qui offensent les croyants et les
croyantes sans qu’ils l’aient mérité se chargent d’une infamie et
commettent un grave péché.
[59] Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des
croyants de ramener un pan de leurs voiles sur elles. C’est le meilleur
moyen pour elles de se faire connaître et d’éviter ainsi d’être offensées.
Dieu est Plein d’indulgence et de compassion. [60] Si les hypocrites, les
sceptiques et les alarmistes de Médine ne cessent pas leurs agissements,
Nous te lancerons contre eux ; et leur présence dans ton voisinage sera de
courte durée. [61] Toujours maudits, ils seront capturés en quelque lieu où
ils se trouvent et éliminés sans pitié. [62] Telle est la loi établie par Dieu à
l’égard des générations révolues, et la loi du Seigneur est immuable.
[63] On t’interroge sur l’Heure. Réponds : « Sa connaissance est du
ressort exclusif du Seigneur ! » D’ailleurs, qu’en sais-tu, toi-même ? Elle
est peut-être imminente. [64] Dieu maudit les impies et les voue à l’Enfer,
[65] où leur séjour sera éternel, sans qu’ils puissent trouver ni allié ni
protecteur. [66] Le jour où leurs visages seront tournés et retournés dans le
Feu, ils s’écrieront : « Quel regret de n’avoir pas obéi à Dieu et de n’avoir
pas obéi au Prophète ! » [67] Et ils ajouteront : « Seigneur ! Nous
obéissions à nos chefs et à nos dignitaires et ce sont eux qui nous ont
détournés du droit chemin. [68] Seigneur ! Inflige-leur le double de notre
châtiment, et que leur malédiction ne connaisse jamais de fin ! »
[69] Ô croyants ! N’imitez pas ceux qui ont calomnié Moïse ! Dieu l’a
innocenté de leurs accusations, car Moïse avait une place de choix auprès
de son Seigneur.
[70] Ô croyants ! Craignez Dieu et dites des choses conformes à la vérité,
[71] afin qu’Il rende vos œuvres plus méritoires et absolve vos péchés.
Quiconque obéit à Dieu et à Son Prophète obtiendra un immense succès.
[72] En vérité, Nous avons proposé le dépôt de la foi aux Cieux, à la Terre
et aux montagnes, mais tous refusèrent d’en assumer la responsabilité et
en furent effrayés, alors que l’homme, par comble d’ignorance et
d’iniquité, s’en est chargé. [73] Et il en fut ainsi afin que Dieu châtie les
hypocrites et les idolâtres parmi les hommes et les femmes, et afin aussi
qu’Il agrée le repentir des croyants et des croyantes. Dieu est Plein
d’indulgence et de compassion.