SOURATE AD DUKHAN

44. Sourate de la Fumée (Ad-Dukhân)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ - Mîm. [2] Par le Livre explicite ! [3] Nous l’avons, en vérité,
révélé en une nuit bénie, car Nous n’avons pas cessé d’avertir les
hommes ! [4] Ce fut au cours de cette nuit où toute sage décision est prise,
[5] en vertu d’un ordre émanant de Nous, car Nous avons l’habitude
d’envoyer des messagers, [6] à titre de miséricorde de ton Seigneur qui
entend tout et sait tout, [7] qui est le Souverain des Cieux, de la Terre et
des espaces interstellaires. Si seulement vous pouviez y croire ! [8] Il n’est
de divinité que Lui. Il donne la vie et Il donne la mort. Il est votre
Seigneur et le Seigneur de vos premiers ancêtres.
[9] Mais loin de croire, ces sceptiques passent leur temps à s’amuser et à
se divertir. [10] Eh bien ! Attends le jour où du ciel surgira une épaisse
fumée [11] qui enveloppera les hommes. « Voilà un châtiment cruel !,
diront-ils. [12] Seigneur, éloigne de nous ce châtiment ! Nous croyons, à
présent, en Toi ! » [13] Mais d’où leur viendrait cette prise de conscience
soudaine, alors qu’un Prophète au verbe clair et précis leur avait déjà été
envoyé [14] et qu’ils l’avaient repoussé en disant : « C’est un fou qui
répète une leçon apprise ! » [15] Que Nous dissipions pour un temps vos
tourments, vous n’en reviendriez pas moins à vos errements ! [16] Le jour
où Nous frapperons avec la dernière rigueur, Nous vous ferons expier vos
fautes !
[17] Avant eux, Nous avions déjà éprouvé le peuple de Pharaon, quand un
illustre prophète lui fut envoyé. [18] « Livrez-moi, leur dit-il, les
serviteurs de Dieu ! Je suis, pour vous, un messager digne de confiance !
[19] Ne vous montrez pas hautains envers Dieu ! Je viens vers vous muni
d’une preuve évidente. [20] Je me réfugie en Dieu qui est mon Seigneur et
le vôtre, pour que vous ne me lapidiez pas. [21] Si vous n’êtes pas
convaincus, éloignez-vous de moi. »
[22] Moïse se plaignit alors à son Seigneur : « C’est un peuple de
criminels. » [23] – « Pars de nuit, avec Mes serviteurs, lui fut-il révélé,
mais vous serez poursuivis ! [24] Laisse la mer béante telle que tu l’auras
franchie. Tes poursuivants y seront engloutis. »
[25] Combien de jardins et de sources n’ont-ils pas laissés ! [26] Que de
belles plantations et de magnifiques demeures ! [27] Que de bien-être dont
ils savouraient les délices sans soucis ! [28] Tel fut leur destin. Tout cela
passa entre les mains d’un autre peuple, [29] et ni le Ciel ni la Terre ne
versèrent de larmes sur leur malheur, pas plus qu’aucun délai ne leur fut
accordé !
[30] Nous avons ainsi délivré les enfants d’Israël de la servitude
humiliante [31] à laquelle les réduisait Pharaon, cet arrogant outrancier.
[32] Nous les avons choisis à bon escient parmi tous les peuples de
l’Univers, [33] et Nous leur avons apporté des miracles qui constituaient
pour eux une rude épreuve.
[34] Mais ces païens-là continuent à affirmer : [35] « Il n’y a pour nous
qu’une seule mort, la première. Et nous ne serons point ressuscités !
[36] Ressuscitez donc nos ancêtres, si vous êtes sincères ! » [37] Sont-ils,
eux, les meilleurs ou le peuple de Tubba` et les peuples antérieurs que
Nous avons exterminés en raison de leurs crimes ?
[38] Ce n’est pas pour Nous divertir que Nous avons créé les Cieux, la
Terre et les espaces interstellaires. [39] En les créant, Nous visions, en
réalité, un but bien défini, mais la plupart des hommes n’en savent rien.
[40] En vérité, le Jour de la Décision est le terme fixé où ils seront tous
réunis. [41] Et, ce jour-là, aucun allié ne pourra rien pour son allié ni
aucun secours ne leur sera porté, [42] exception faite de ceux à qui Dieu
aura fait miséricorde, car Il est le Tout-Puissant, le Miséricordieux.
[43] En vérité, l’arbre de Zaqqûm [44] sera la seule nourriture du
réprouvé. [45] Tel un métal fondu, il bouillonnera dans les entrailles
[46] à la manière d’une eau surchauffée. [47] Et une voix s’élèvera :
« Appréhendez-le et précipitez-le au fond du Brasier ! [48] Versez-lui de
l’eau bouillante sur le crâne, pour augmenter son supplice ! » [49] Puis la
voix s’adressant au réprouvé lui dira : « Savoure donc ce supplice ! N’est-
ce pas toi le puissant, l’adulé ? [50] Voilà, en vérité, ce dont vous doutiez
naguère ! »
[51] Ceux, en revanche, qui craignaient le Seigneur vivront en un lieu sûr,
[52] parmi des jardins et des eaux vives, [53] vêtus de satin et de brocart,
et se tenant face à face. [54] De plus, de jeunes épouses aux grands yeux
noirs leur tiendront compagnie. [55] Là, ils mèneront une vie pleine de
quiétude, se feront servir toutes sortes de fruits [56] et n’y goûteront plus
les affres de la mort, après celles qu’ils avaient une première fois subies.
Ils auront ainsi échappé pour toujours au supplice de l’Enfer, [57] par un
effet de la grâce de ton Seigneur. Et ce sera pour eux le suprême succès.
[58] Nous avons rendu le Coran accessible par l’emploi de ta langue, dans
le but de leur permettre d’en méditer le sens. [59] Attends donc la suite
des événements ! Eux aussi sont également dans l’attente.