SOURATE AL AHQAF

46. Sourate d’al-Ahqâf (Al-Ahqâf)
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.
[1] Hâ - Mîm. [2] La révélation du Coran émane de Dieu, le Tout-
Puissant, le Sage ! [3] Nous n’avons créé les Cieux, la Terre et les espaces
interstellaires qu’en toute vérité et pour un terme fixé. Mais les négateurs
n’ont cure des avertissements qui leur sont donnés.
[4] Dis-leur : « Parlons de ceux que vous invoquez en dehors de Dieu !
Montrez-moi leur part dans la création de la Terre ! Indiquez-moi la
contribution qu’ils auraient apportée dans la création des Cieux !
Apportez-moi un Livre qui vous aurait été transmis avant celui-ci, ou
seulement un indice certain accréditant ces idoles, si vous êtes sincères ! »
[5] Y a-t-il un être plus égaré que ceux qui invoquent, en dehors de Dieu,
des divinités qui n’exauceront jamais leurs prières jusqu’au Jour de la
Résurrection, qui sont totalement insensibles à leurs invocations,
[6] et qui, lorsque les hommes seront rassemblés, se déclareront leurs
ennemis et renieront le culte qu’ils leur vouaient ?
[7] Quand Nos versets leur sont exposés avec clarté, ces négateurs disent
de la Vérité qui leur est offerte : « Ce n’est là que de la pure magie ! »
[8] Ou ils affirment : « Il l’a inventé ! » Réponds-leur : « Si je l’ai inventé,
vous ne pourrez rien pour me protéger du châtiment de mon Seigneur qui
est mieux Informé que quiconque de ce dont vous m’accusez, et qui me
suffit comme Témoin entre vous et moi. Il est le Clément, le
Miséricordieux. »
[9] Dis : « Je ne suis pas le seul prophète qui ait jamais été envoyé !
J’ignore le sort que Dieu nous réserve aussi bien à moi qu’à vous. Je ne
fais que suivre ce qui m’est révélé, et ma mission ne consiste qu’à avertir
en toute clarté. »
[10] Dis : « Que direz-vous s’il s’avère que ce Coran que vous récusez
émane réellement de Dieu et si, parmi les fils d’Israël, il se trouve un
témoin qui en atteste la conformité au Pentateuque et qui y adhère lui-
même, pendant que vous, vous le rejetez avec orgueil ? En vérité, Dieu ne
guide point les injustes. »
[11] Les incrédules disent aux croyants : « Si ce Coran avait vraiment de
la valeur, ces gens-là ne nous auraient jamais devancés pour y croire. »
Mais, ne parvenant pas à se faire guider par ce Livre, ils diront : « C’est
une vieille imposture ! »
[12] Avant ce Coran, il y a eu l’Écriture de Moïse qui fut tout à la fois un
guide et une bénédiction. Et ce Coran confirme en langue arabe les
Écritures anciennes et constitue un avertissement pour ceux qui font
preuve d’injustice et une bonne nouvelle pour les bienfaisants.
[13] En vérité, ceux qui disent : « Notre Maître est Dieu » puis se
conduisent avec droiture ne connaîtront ni crainte ni tristesse. [14] Ceux-là
seront, pour l’éternité, les hôtes du Paradis, en récompense de leurs
œuvres.
[15] Nous avons recommandé à l’homme d’être bienveillant envers son
père et sa mère. Sa mère le porte dans la douleur et le met au monde dans
la douleur. Et pendant trente mois, elle endure les fatigues de sa gestation
et de son allaitement. Quand il atteint sa maturité, à l’âge de quarante ans,
il dira : « Seigneur, fais que je sois reconnaissant envers Toi pour les
bienfaits dont Tu nous as comblés, moi et mes parents, et que
j’accomplisse de bonnes œuvres que Tu agréeras ! Fais aussi que ma
postérité soit d’une bonne moralité ! Je reviens repentant vers Toi et me
déclare du nombre des soumis. »
[16] Voilà ceux dont Nous agréerons les œuvres les plus méritoires en
passant outre sur leurs méfaits. Ils feront partie des hôtes du Paradis, selon
la promesse sincère qui leur a été faite. [17] Celui qui dit à ses parents :
« Fi de vous ! Allez-vous encore me promettre que je renaîtrai de mon
tombeau alors que tant de générations ont passé avant moi sans revenir à
la vie ? » Et pendant que ses parents lui disent en implorant Dieu en sa
faveur : « Malheureux ! Aie foi en Dieu ! La promesse de Dieu est
vraie ! », lui insiste : « Ce ne sont là que de vieilles fables ! » [18] Voilà
ceux contre qui se réalisera Notre arrêt, comme il a été réalisé contre de
précédentes communautés parmi les djinns et les hommes. Et ce seront
ceux-là les perdants. [19] Chacun d’eux sera classé selon les œuvres qu’il
aura accomplies, afin que Dieu récompense leurs actes en toute justice et
sans qu’aucun d’eux ne soit lésé. [20] Le jour où les impies seront
conduits à l’Enfer, il leur sera dit : « Vous avez gaspillé vos dons les plus
précieux en votre vie terrestre, et en avez joui pleinement. Aujourd’hui,
subissez donc ce supplice infamant en punition de l’orgueil dont vous
vous enfliez injustement et des excès auxquels vous vous êtes livrés sur
Terre. »
[21] Rappelle le souvenir du frère de `Âd lorsqu’il vint avertir son peuple
dans le pays d’al-Ahqâf, où des avertisseurs étaient déjà venus avant et où
d’autres vinrent encore après lui. « N’adorez, dit-il, que Dieu ! Je crains
pour vous un terrible châtiment ! » [22] – « Viens-tu, lui répondirent-ils,
pour nous détourner de nos divinités ? Alors, si ce que tu dis est vrai, fais
venir les malheurs dont tu nous menaces ! » [23] – « Dieu Seul en a
connaissance, dit-il. Je ne fais que vous transmettre le Message dont je
suis chargé. Mais je vois bien que j’ai affaire à un peuple d’ignorants. »
[24] Apercevant un nuage qui se dirigeait vers leurs vallées, les `Âd
s’écrièrent : « C’est un nuage chargé de pluie pour nous. » – « Non ! C’est
plutôt ce que vous étiez impatients de voir venir ! C’est un vent qui vous
apporte un épouvantable malheur [25] et qui détruit tout sur son passage,
par ordre de son Seigneur. » Et le lendemain matin, on ne voyait plus que
les traces de leurs demeures. C’est ainsi que Nous rétribuons les criminels.
[26] Nous les avions pourvus pourtant de moyens dont vous n’avez pas
bénéficiés vous-mêmes. Nous leur avions bien donné l’ouïe, la vue et
l’intelligence ; mais ni l’ouïe, ni la vue, ni l’intelligence ne leur furent
d’aucune utilité, pour avoir nié les signes de Dieu. Et les châtiments qu’ils
tournaient en dérision les cernèrent de toutes parts.
[27] Nous avons fait périr nombre de cités qui vous entouraient, après
avoir multiplié les signes à leur intention, dans l’espoir de les faire revenir
au droit chemin. [28] Si seulement ceux qu’ils avaient pris, en dehors de
Dieu, comme divinités pour prétendument les rapprocher de Lui les
avaient secourus, au lieu de disparaître carrément sans laisser de trace !
Tel fut le résultat de leur imposture et de ce qu’ils inventaient comme
mensonges.
[29] Souviens-toi de ce groupe de djinns que Nous dirigeâmes vers toi
pour entendre réciter le Coran et qui, une fois en ta présence, dirent :
« Soyons attentifs ! » Et quand la lecture fut achevée, ils s’en retournèrent
auprès des leurs pour les avertir. [30] « Ô notre peuple, dirent-ils, nous
venons d’entendre un Livre révélé après Moïse, qui confirme les Écritures
anciennes, mène tout droit à la Vérité et conduit à la voie de la rectitude !
[31] Ô notre peuple ! Répondez à l’Apôtre de Dieu et croyez en lui ! Dieu
absoudra une partie de vos péchés et vous épargnera de cruels tourments.
[32] Ceux qui ne répondent pas à l’appel de Dieu ne sauraient ni défier la
puissance du Seigneur sur Terre ni trouver d’alliés en dehors de Lui.
Ceux-là sont manifestement des égarés. »
[33] Ne voient-ils pas que Dieu qui a créé sans la moindre peine le Ciel et
la Terre est aussi Capable de ressusciter les morts ? En vérité, Dieu est
parfaitement Capable de toute chose.
[34] Le jour où les impies seront conduits à l’Enfer, il leur sera demandé :
« Ce Feu, n’est-il pas celui qui vous a été annoncé ? » – « Mais si, par
notre Seigneur », répondront-ils. On leur dira alors : « Eh bien ! Goûtez ce
supplice en punition de votre impiété ! »
[35] Prophète ! Sois patient, comme l’ont été avant toi les plus résolus
parmi les prophètes ! Ne te montre pas trop pressé de voir fondre sur eux
le châtiment ! Le jour où ils seront en face de ce qui leur est promis, il leur
semblera n’être restés sur Terre qu’une heure de la journée. Les voilà donc
suffisamment avertis. Mais qui périra, hormis les pervers ?